Passer au contenu principal

Le défenseur de la faune a dû mettre fin à son périple

Blessé, le Nord-Vaudois qui traversait les États-Unis à vélo pour lever des fonds pour l’hôpital des animaux sauvages Erminea a dû rentrer.

Sylvain Grandjean s'était donné un an pour pédaler plus de 27'000 kilomètres.
Sylvain Grandjean s'était donné un an pour pédaler plus de 27'000 kilomètres.
Patrick Martin

«C’était un choc et j’étais évidemment très déçu, explique au téléphone Sylvain Grandjean, un enseignant domicilié à Juriens. Mais après 10'840 kilomètres sur mon vélo, une de mes mains me faisait tellement souffrir que je ne pouvais plus tenir mon guidon. J’ai donc décidé de rentrer en Suisse plus tôt que prévu.»

Légèrement amer, le Nord-Vaudois est cependant satisfait de ce qu’il a accompli: parti de chez lui le 10 juillet dernier, il s’était envolé pour les États-Unis dans le but de lever des fonds pour l’hôpital des animaux sauvages Erminea, situé à Chavornay. Alors qu’il espérait traverser 48 États – plus de 27'000 kilomètres au total – à la seule force de ses mollets, sa blessure l’a contraint à mettre la béquille un peu avant d’arriver à mi-parcours.

«J’étais en train de faire une étape de montagne dans le Colorado quand la douleur est devenue insupportable»

«J’étais en train de faire une étape de montagne dans le Colorado quand la douleur est devenue insupportable, explique-t-il. J’étais à 2300 mètres d’altitude et j’ai dû m’arrêter pour demander de l’aide. J’ai tout de suite su que l’aventure était terminée. Physiquement, il m’était impossible de continuer.» L’homme souffrait depuis de nombreuses semaines déjà. «Après avoir pédalé plus ou moins 5000 kilomètres, je ressentais une petite douleur constante dans une main. Elle était plus gênante que véritablement handicapante, poursuit-il. Cela a progressivement évolué jusqu’au moment où j’avais l’impression d’être traversé par un éclair.»

De retour dans le canton de Vaud depuis le 25 novembre, Sylvain Grandjean récupère lentement. «On m’a diagnostiqué une lésion d’usure, confie-t-il. Je n’ai pas besoin de me faire opérer, mais je dois me reposer plusieurs mois.» Le cycliste, qui documentait son voyage sur son compte Instagram, peut toutefois se réjouir d’avoir récolté plus de 8300 francs grâce à de généreux internautes. «C’est environ le montant que je souhaitais réunir si je terminais mon aventure, se console-t-il. Les personnes intéressées peuvent toutefois faire des dons jusqu’au début du mois de février.»

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.