Un départ qui interpelle au Musée d’Yverdon

CultureLa directrice France Terrier change de cap. Démission ou licenciement?

Corinne Sandoz (à gauche) assurera l’intérim suite au départ de France Terrier, directrice du Musée d’Yverdon.

Corinne Sandoz (à gauche) assurera l’intérim suite au départ de France Terrier, directrice du Musée d’Yverdon. Image: Vanessa Cardoso

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La rumeur enflait depuis quelques semaines: France Terrier, directrice et conservatrice du Musée d’Yverdon et région (MY), serait sur le départ. Sollicité à plusieurs reprises, François Menna, président de son conseil de fondation, l’a finalement confirmé dans un communiqué de presse envoyé vendredi soir et cosigné par la principale intéressée.

Sur deux pages A4, le document envoyé aux médias dresse un portrait dithyrambique de la femme qui a été au service de l’institution vingt-sept ans durant: «Sous la direction de France Terrier, le Musée d’Yverdon et région a profondément évolué et s’est progressivement affirmé comme le musée d’archéologie et d’histoire de référence dans le Nord vaudois, principal centre de conservation et de communication du patrimoine matériel de la région.» Et d’ajouter: «Parmi les nombreuses impulsions données par France Terrier, la Fondation relève le fait que le Musée est entré dans une nouvelle ère et a connu une nouvelle dynamique. En étroite collaboration avec les autorités de tutelle, l’institution a entièrement revu ses orientations et ses missions, a modernisé et complété son fonctionnement, ses infrastructures et ses expositions.»

Des réponses contrastées

Dès lors, qui a mis fin à cette longue collaboration qui semblait pourtant idyllique, du moins sur le papier? «C’est un départ volontaire, répond du tac au tac François Menna lorsqu’on lui demande si France Terrier a été licenciée ou si elle a donné sa démission. Elle souhaite ouvrir de nouveaux horizons à sa carrière. Par ailleurs, elle consacrera les derniers mois de son activité à la publication «250 objets», un volumineux ouvrage présentant 250 pièces des collections du musée commentées par 44 archéologues, historiens et historiens de l’art et autres spécialistes.»

Face à la même question, l’énergique directrice et conservatrice du MY est plus évasive: «Nous nous séparons, comme on dit, rétorque France Terrier, sans rentrer dans les détails. Pour l’instant, je n’ai pas de projets définitifs pour l’avenir, mais plusieurs sont en chantier.» Elle indique cependant qu’elle continuera à enseigner à l’Université de Neuchâtel, où elle est chargée de cours.

«Je n’ai pas de projets définitifs, mais plusieurs sont en chantier»

Dans tous les cas, France Terrier ne semble pas trop s’inquiéter pour la suite de sa carrière. «J’ai toujours exercé d’autres activités professionnelles à côté de mon poste, confie-t-elle. J’ai un bon carnet d’adresses.» Des contacts précieux qui vont sans doute manquer à l’institution qu’elle quitte. «France Terrier en a fait bénéficier le musée, confirme François Menna. Il y a eu un avant France Terrier et il y aura un après France Terrier. Elle a indéniablement marqué l’institution.»

Le président du conseil de fondation annonce que le poste de la directrice sera prochainement mis au concours. Entre-temps, l’intérim sera assuré par Corinne Sandoz, l’actuelle conservatrice des collections. «Nous n’avons pas encore exactement défini le profil de la personne que nous cherchons, poursuit-il. Dans les grandes lignes, il faudra quelqu’un de dynamique, avec beaucoup d’idées et un carnet d’adresses bien garni. Ce sont toutes des qualités que possède France Terrier.»

Créé: 22.07.2019, 20h45

Articles en relation

Un site historique pour des trésors archéologiques

Yverdon-les-Bains Les collections dont le Musée d’Yverdon a la charge peuvent prendre place dans un dépôt créé tout spécialement sur l’ex-site Leclanché. Plus...

Un livre revisite l’histoire du musée d'Yverdon

Histoire Pour ses 250 ans, le Musée d’Yverdon et région a lancé une étude sur son histoire. Elle est publiée aujourd’hui. Plus...

Nouveaux locaux pour le Musée d’Yverdon

Patrimoine L'institution dispose de nouveaux espaces de stockage pour sa collection d’archéologie, sur l’ancien site Leclanché. Plus...

Le Musée d'Yverdon s'inquiète pour ses dépôts

Patrimoine Les dépôts de l'institution sont pleins et peu adaptés. A l'heure où le Canton revoit la liste de ses partenaires, la directrice tire la sonnette d'alarme. Plus...

Le Musée d'Yverdon s'offre 1500 documents sur l'histoire de la ville

Archives Des cartes postales, des gravures ou encore des brochures: l'institution yverdonnoise a acquis en septembre le fonds de Louis Vuille, soit 1500 documents patiemment rassemblés en plus de 50 ans. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.