Deux artistes précoces magnifient le monde sauvage à Champ-Pittet

NatureÂgés de 14 et 16 ans, les frères Antoine et Gaël Lavorel, de L’Abergement, exposent leurs œuvres au centre Pro Natura.

Gaël et Antoine (à dr.), passionnés de nature, sont dans leur élément

Gaël et Antoine (à dr.), passionnés de nature, sont dans leur élément Image: Vanessa Cardoso

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La valeur n’attend souvent point le nombre des années, comme l’a écrit Pierre Corneille. La maxime s’applique parfaitement aux talents d’Antoine et de Gaël Lavorel. Âgés de respectivement 14 et 16 ans, les deux frères de L’Abergement exposent leurs créations dédiées au monde sauvage jusqu’au 3 septembre au Centre Pro Natura de Champ-Pittet, à Cheseaux-Noéraz.

Le plus jeune y dévoile ses meilleurs clichés, alors que l’aîné présente des dessins et des sculptures. «Les discussions se sont déroulées avec eux comme avec des artistes, pas comme des enfants. C’est pourtant la première fois que des personnes aussi jeunes exposent seules dans cet espace», observe la responsable des expositions de l’institution, Fabia Vulliamoz.

Une jeunesse dont le cadet ne s’embarrasse guère, au moment de présenter certaines de ses œuvres. L’air juvénile de Gaël contraste en effet avec ses idées d’artiste bien arrêtées. «J’ai environ 9000 photos, mais j’avais déjà une petite idée au moment d’effectuer ma sélection. Le choix a quand même été difficile», reconnaît le jeune photographe animalier, couvé du regard par son papa. De cet impitoyable tri effectué par les deux jeunes artistes, il ressort une sélection de vingt-cinq dessins et gravures, une vingtaine de photos et six sculptures, à admirer dans le cadre boisé du château de Champ-Pittet.

Un duo «complémentaire»

«Mon intérêt pour la nature vient du fait que j’ai grandi à la campagne, ce qui m’a ouvert les yeux. Mes parents m’ont aussi montré depuis mon plus jeune âge les animaux et les plantes», explique avec un ton posé Antoine, qui a eu un stylo pour dessiner dès sa plus tendre enfance.

Avec des parents biologistes et passionnés de nature, les deux adolescents ont aussi de qui tenir. Plus porté sur le dessin, quand ce n’est pas la sculpture, l’élève de l’Ecole d’horticulture de Lullier (GE) reconnaît également former un duo «complémentaire» avec son frère, en mettant «en lumière des choses que l’appareil photo ne capte pas». Leurs manières de travailler sont aussi différentes. Alors que le jeune photographe tentera selon les circonstances d’approcher l’animal au plus près, sans l’effrayer, son frère se tient à distance et se déplace pour le croquer sur son carnet de dessin.

Pour découvrir les bêtes peuplant les sous-bois du pied du Jura, l’un et l’autre n’hésitent pas à quitter leurs lits douillets à l’aurore ou à veiller dehors en soirée. La surprise n’est pourtant pas toujours là où on l’attend et, à en croire l’un et l’autre, pas besoin de voyager à l’autre bout du globe pour faire de belles découvertes. «J’ai repéré, un matin, cette hermine dans notre jardin depuis une fenêtre de la maison. J’ai couru dehors avec mon appareil sans mettre de veste pour prendre cette photo», raconte Antoine, posté devant l’un de ses clichés favoris.

Se critiquer de manière constructive

Dotés d’un sens artistique très développé et de vastes connaissances naturalistes, les deux frères avouent s’être parfois livrés une concurrence acharnée. Gaël reconnaît que «c’était un peu déplorable à un moment donné, mais ça a changé. On se critique désormais mutuellement de manière constructive.» Cette maturité se retrouve aussi dans les œuvres de l’aîné de la famille. Après avoir longtemps recopié des photos publiées dans des livres ou des revues, le jeune habitant de L’Abergement se laisse désormais aller à dessiner des portraits et des maisons.

Comme son jeune frère, qui se rêve photographe animalier, Antoine se verrait bien faire de sa passion son métier. Avant de se lancer ce défi fou, l’adolescent dit toutefois vouloir avant tout assurer son avenir. Sans pour autant lâcher ses crayons. Il rigole: «Je dessine souvent les professeurs et les autres élèves en classe. Cela me permet de m’améliorer et de mettre un peu d’ambiance.» (24 heures)

Créé: 15.07.2017, 12h49

Exposition

Jusqu’au 3 septembre, du mardi au dimanche de 10 h à 17 h 30.
Informations www.pronatura-champ-pittet.ch

Articles en relation

L’essor des loisirs aux Grangettes inquiète Pro Natura

Nature L’association de protection de la nature s’oppose à l’implantation d’un stand de paddles. Et demande au Canton un état des lieux des activités ludiques, en forte croissance dans la réserve naturelle. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Article audio

Le Matin Dimanche
La volcanique Cynthia Nixon de «Sex and the City» se lance en politique. Retour sur sa vie et ses engagements. Ecoutez l'article!

Les plus partagés Vaud-regions

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

Ignazio Cassis semble avoir une longueur d'avance sur Isabelle Moret et Pierre Maudet dans la course au siège vacant au Conseil fédéral.
(Image: Bénédicte) Plus...