Deux humoristes volent à la rescousse du téléski

Vallée de JouxNathanaël Rochat et Bouillon, tous deux Combiers, se mobilisent pour aider l’installation de L’Orient à acheter des canons à neige.

Nathanaël Rochat conserve une certaine tendresse pour sa vallée de Joux natale.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Leur vallée de Joux, ils l’aiment. Nathanaël Rochat et Denis «Bouillon» Meylan y sont nés, avec quelques années d’écart certes, et ils ne manquent jamais une occasion d’en parler. Réunis dans un café, les deux «expatriés» (le plus jeune habite Lausanne, le plus ancien Grandvaux) posent chacun un regard plein de tendresse sur leur terre d’origine. Nathanaël Rochat: «J’y retourne quatre à cinq fois par année environ. La Vallée, c’est forcément spécial. Quand j’en parle aux bobos lausannois, ils me regardent avec leurs grands yeux étonnés… Ils sont déjà tous allés au Kenya, mais la vallée de Joux ils n’ont aucune idée où c’est.»

Assis à côté de lui, Bouillon se marre franchement. «On ne pense jamais à nous. Christian Constantin a envoyé les joueurs du FC Sion en camp de survie dans les Cévennes. Il m’aurait demandé, on aurait organisé ça chez nous, ça lui aurait coûté moins cher. Et la traversée du lac à la nage en janvier aurait été tout aussi efficace pour réveiller les joueurs.»

La file jusque sur la route
Si Nathanaël Rochat et Bouillon se sont rencontrés dans ce café la semaine dernière, ce n’était pas seulement pour parler de «leur» Vallée, mais aussi pour mettre au point les derniers détails relatifs à leur prochaine animation. Le 10 février prochain*, les deux Combiers se retrouveront à la grande salle des Bioux pour un repas assez original, puisqu’il s’agira de soutenir le téléski de L’Orient. «Je vous vois rigoler, vous vous dites qu’il y a d’autres causes plus urgentes sur la planète, contre Bouillon. Mais c’est une institution, ce téléski, c’est important! Il y a quelques années, il y avait la queue jusque sur la route, tous les Lausannois montaient pour skier.»

Bouillon, né à L'Orient, a mille anecdotes à raconter au sujet de sa terre d'origine

Nathanaël Rochat n’a pas connu cette époque, mais il a également skié à la Vallée. «Sur un autre téléski. Parce que, attention, il y a des rivalités locales à ne pas négliger», sourit celui qui vient des Bioux, contrairement à Denis Meylan, fier ancien citoyen de L’Orient. Évidemment, Nathanaël Rochat et Bouillon ont facilement accepté de mettre ces différences de côté l’espace d’une soirée pour aller soutenir l’installation des Esserts, le vrai nom du téléski de L’Orient (en photo ci-dessous).

Un homme a rendu cette soirée possible: Vincent Herrmann, directeur d’exploitation du téléski et, accessoirement, petit-cousin de Nathanaël Rochat. «On a de belles infrastructures, tout ce qu’il faut pour attirer les gens, explique-t-il. Notre piste éclairée, ouverte en soirée du mercredi au samedi, est magnifique, et on a juste besoin de canons à neige supplémentaires. Alors, plutôt que de rester sans rien faire ou de demander de l’argent aux autorités, on a décidé de se bouger.»

Depuis, divers objets promotionnels ont ainsi été mis en vente pour financer l’acquisition de canons. Le repas de samedi servira à compléter cette manne. «On a besoin d’une tour de refroidissement, de canons en plus et de quelques perches. Et là, on sera bien», continue Vincent Herrmann, conscient de posséder un petit bijou qu’il faut entretenir et aider à se développer.

Les 160 places disponibles pour le repas (une fondue) ont très vite trouvé preneur. «On en a rajouté 20 pour les retardataires», explique le directeur, qui espère bien remplir la salle à ras bord. Pour ce repas-spectacle, les deux humoristes seront accompagnés des Frères Piguet, deux autres artistes locaux, qui proposeront leurs chansons pleines d’humour.

Et attention, tout ce petit monde a accepté de se produire gratuitement. «C’est vrai, mais ne le dites pas trop fort, on ne voudrait pas que ça fasse jurisprudence. On fait ça parce que c’est la Vallée», souffle Bouillon. Promis, on ne dira rien.

Grande salle des Bioux, 10 février, dès 18h. Prix d’entrée: 100 francs. Réservations: Office du tourisme de la vallée de Joux (021 845 17 77)

Et une blague de Maurice pour finir. (Le Matin)

Créé: 06.02.2018, 17h51

L’autre défi de Nathanaël Rochat

Si Nathanaël Rochat se réjouit de jouer «à domicile», il confesse avoir plus de pression que d’habitude. «Alors ça, c’est sûr! Si je joue à Genève et que je ne suis pas drôle, ça ne me fait rien, je n’y retourne pas le lendemain. Mais la Vallée, c’est différent. En plus, ma mère se fait ensuite alpaguer quand elle va faire les courses, donc il faut vraiment que je sois bon», sourit le Combier, dans son style habituel, tout en ironie subtile. Si la soirée du 10 février lui tient à cœur, une autre date qui approche a également son importance: celle du jeudi 1er mars, où il jouera tout seul à Beaulieu, avec son pote Thomas Wiesel en première partie. Là aussi, comme aux Bioux, il espère faire le plein. «Mais la salle est légèrement plus grande», grince-t-il.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.