Deux roitelets de la rue d'Yverdon face aux juges

JusticePar des épisodes violents, un couple a contribué au climat sécuritaire tendu de la cité thermale. Ils disent avoir changé en donnant la vie.

L’accusé principal de ce procès a fait partie des bandes générant un climat d’insécurité à la gare d’Yverdon.

L’accusé principal de ce procès a fait partie des bandes générant un climat d’insécurité à la gare d’Yverdon. Image: JEAN-PAUL GUINNARD

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Belles gueules et looks travaillés, Carla* et Junior* ont voulu présenter mercredi au Tribunal correctionnel d’Yverdon le visage mature des jeunes parents qu’ils sont devenus pendant la détention de monsieur. Junior s’est en effet retrouvé derrière des barreaux deux semaines après que sa copine est tombée enceinte. Une kyrielle de délits lui est reprochée, dont les principaux ont eu lieu une nuit d’août 2017 sous forme de violences gratuites sur des gens qu’il ne connaissait pas.

Coups de poing et jet de bouteille

Sans emploi et souffrant d’addictions à l’alcool et au cannabis, il naviguait avec un comparse mineur dans le périmètre de la gare lorsqu’il s’est attaqué ce soir d’été à deux jeunes gens de retour d’Europa-Park. Coups de poing, coups de pied, jet de bouteille, l’une des deux victimes finit par s’effondrer, sa tête heurtant des escaliers.

Le bilan physique et psychologique est lourd, mais «cela aurait pu être bien plus grave et engendrer la mort», a alerté la procureure Monica Leita Vermot. Junior invoque des injures racistes mais admet les faits. Pas le choix: les caméras de surveillance de la gare ont tout immortalisé. Les vidéos le montrent levant les bras en signe de victoire et fanfaronnant devant sa victime évanouie.

Il nie par contre avoir recommencé cinq minutes après à la Marive. Mais le scénario est tellement proche de l’épisode précédent que le Ministère public lui attribue la vedette dans une seconde altercation où il blesse deux personnes, laissant là encore l’une d’elles sans connaissance. Ces faits complètent un palmarès de 37 interventions de police mobilisées par ses agissements. «Il est le reflet d’une certaine jeunesse qui a grandi ici, qui se sent toute-puissante et pour qui s’attaquer à des citoyens respectables est un sport», s’insurge la représentante du Parquet.

Femme au sang chaud

Carla n’est pas en reste pour ce qui est d’avoir la main leste et l’insulte facile. Elle reconnaît «péter un câble» facilement, se laisser emporter par une impulsivité pour laquelle elle a entrepris de se soigner. Deux bagarres avec d’autres femmes, en boîte et en pleine rue, lui sont reprochées. Elle nie les avoir initiées, affirme avoir réagi à des provocations. Mais son ex, également dans le box des accusés pour une échauffourée avec Junior, en dresse le même portrait que ses victimes: celui d’une femme fière aspirant à être crainte, terrorisant son monde et ne craignant pas d’en découdre physiquement avec ses rivales.

Que va faire la justice de ces deux tourtereaux qui se voient au parloir une fois par semaine et affirment vouloir s’en sortir ensemble? Pour la procureure, Junior mérite 4 années à l’ombre. Mais surtout, le ressortissant brésilien, même titulaire d’un permis C, doit être expulsé pour dix ans. Quant à la mère de son enfant, encore sous enquête pour d’autres faits, elle devrait écoper de 30 jours de détention assortis d’un sursis de 3 ans, pour autant qu’elle s’astreigne à un suivi psychologique.

«Cette jeunesse, on ne veut pas la voir! On nettoie le territoire pour les honnêtes gens. C’est excessif»

Avocat de Junior, Loïc Parein s’est fâché contre un réquisitoire «Kärcher»: «Loin, via, ailleurs cette jeunesse, on ne veut pas la voir! On nettoie le territoire pour les honnêtes gens. C’est excessif et il faut examiner la part de responsabilité sociale dans ce passage à l’acte.» Admettant les «actes déplacés» de son client, il a plaidé le cas de rigueur pour lui permettre de rester en Suisse une fois sa peine purgée, au nom des seuls vrais liens familiaux qu’il possède, en particulier son petit garçon. Le verdict suivra.

* Prénoms d’emprunt (24 heures)

Créé: 13.06.2019, 06h26

Articles en relation

Arrestation musclée à la gare d’Yverdon

Fait divers Lors d’un contrôle de police, un individu a porté des coups aux agents. Un est légèrement blessé. Plus...

A Yverdon, deux polices veilleront sur le secteur de la gare

Sécurité Dès le 1er avril, la Police des transports pourra agir sur le territoire communal. Un des objectifs est de renforcer le sentiment de sécurité. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.