Plus de deux siècles d’infos locales se dévoilent

PresseLa BCU a mis en ligne sur la plateforme Scriptorium les archives de neuf journaux du Nord vaudois.

La Feuille d'avis d'Yverdon et le Journal de Sainte-Croix et environs font partie des neuf publications qui sont désormais disponibles sur la plateforme Scriptorium

La Feuille d'avis d'Yverdon et le Journal de Sainte-Croix et environs font partie des neuf publications qui sont désormais disponibles sur la plateforme Scriptorium Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

En janvier 1776, la livre de pain coûtait 4 kreutzer à Yverdon. Soit le même prix qu’à Lausanne, contrairement à l’avoine, qui était 1 batz plus cher dans le chef-lieu cantonal que dans le Nord vaudois. C’est une des informations publiées en une de l’un des tout premiers numéros de la «Feuille d’avis d’Yverdon», dont la collection est désormais quasi intégralement consultable sur internet. La Bibliothèque cantonale et universitaire (BCU) vient en effet de mettre en ligne un important corpus de journaux édités dans le Nord vaudois dès la fin du XVIIIe siècle.

Au total, neuf titres, pour la plupart disparus, viennent de rejoindre les 130 publications disponibles sur la plateforme gratuite Scriptorium. Dans l’ordre de leur naissance: la «Feuille d’Avis d’Yverdon», donc, qui deviendra plus tard «Journal d’Yverdon» puis «Presse Nord Vaudois» (1773-2005), un autre «Journal d’Yverdon» (1842-1843), «Le Peuple souverain» (1845-1846), «La Feuille d’Avis de Sainte-Croix» (1852-1969), «Le Peuple» (1881-1933), «Yverdon Revue» (1935-1994), «Le Journal de Sainte-Croix et environs» (dès 1988), «Presse Hebdo Nord vaudois» (2005-2008) et «La Région Nord vaudois» (dès 2006).

Comptant aujourd’hui 302 607 documents et plus de 5 millions de pages, le site scriptorium.bcu-lausanne.ch a été lancé fin 2012 avec la numérisation des archives de «24 heures» et de son ancêtre, la «Feuille d’avis de Lausanne». Véritable mine d’informations, il ravit toujours plus de monde, étudiants, chercheurs ou simples curieux, comme ces chiffres le prouvent. En 2017, le nombre de pages consultées a dépassé le million, atteignant 1 141 875 clics. En 2016, il s’élevait à 988 521 et à… 87 875 en 2014. Il faut toutefois prendre en considération le fait que cette incroyable base de données s’enrichit toujours plus. Au printemps, une quinzaine de journaux diffusés sur la Riviera ont ainsi été numérisés et mis en ligne.

Ancien rédacteur en chef du «Journal de Sainte-Croix et environs», dont il est un des cofondateurs, Jean-Claude Piguet applaudit des deux mains cette initiative que la Commune du Balcon du Jura avait appelée de ses vœux il y a cinq ans. «C’est une mine d’infos incroyable. C’est grâce aux archives de la «Feuille d’avis de Sainte-Croix» (ndlr: le prédécesseur du «Journal de Sainte-Croix» en quelque sorte) que j’ai pu entreprendre la plupart de mes écrits historiques, car les archives communales sont incomplètes, du fait des incendies qui les ont ravagées.»

Initiative à 138 000 francs

La Commune de Sainte-Croix comme Yverdon et la Bibliothèque nationale suisse ont soutenu financièrement cette initiative, qui se monte à 138 000 francs. Comme le souligne l’archiviste communale d’Yverdon, la collection présente toutefois quelques trous. «Les premières années de la «Feuille d’Avis d’Yverdon» sont un peu lacunaires», note ainsi Catherine Guanzini. Et il n’y a pas de traces de ses cinq premiers numéros, publiés entre février et mars 1773, avant que le journal ne doive s’éclipser pendant trois ans, sur demande des propriétaires de la «Feuille d’Avis de Lausanne». Ces derniers avaient mis en avant un privilège exclusif de monopole obtenu de Leurs Excellences de Berne en 1765. Une «aventure» que l’on retrouve du reste dans une des parutions de 1776.

Dans un communiqué, les autorités yverdonnoises profitent de cette actualité pour rappeler que Scriptorium propose aussi depuis quelques mois ce qui est sans doute l’ouvrage le plus important jamais écrit dans le Nord vaudois, «L’Encyclopédie d’Yverdon», pendant protestant à celle de Diderot et D’Alembert. (24 heures)

Créé: 24.12.2018, 08h05

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.