Passer au contenu principal

La direction des hôpitaux du Nord vaudois est amputée

La direction des soins des EHNV, qui couvre Yverdon, La Vallée, Orbe et Pompaples, perd sa directrice et son adjointe. Le personnel se plaignait depuis l'an dernier d'une gestion problématique. La filière sera réorganisée.

Un conflit couvait depuis des mois, voire plus, entre le personnel et deux cadres de la direction des soins. Les syndicats Syna et SSP s'en étaient mêlés. Les EHNV ont annoncé vendredi avoir mis fin à leur collaboration avec deux directrices et vouloir réorganiser les services concernés.
Un conflit couvait depuis des mois, voire plus, entre le personnel et deux cadres de la direction des soins. Les syndicats Syna et SSP s'en étaient mêlés. Les EHNV ont annoncé vendredi avoir mis fin à leur collaboration avec deux directrices et vouloir réorganiser les services concernés.
Olivier Allenspach

Les Établissements hospitaliers du Nord vaudois (EHNV) ont annoncé vendredi après-midi le départ de deux personnes clés de l’établissement, la directrice des soins et son adjointe. Autrement dit les têtes de tout le personnel soignant qui touchent Yverdon, Orbe, Pompaples et la Vallée. Pas rien donc. Leur départ est invoqué suite à des «divergences managériales». Elles sont libérées de leur obligation de travailler et le directeur général, Jean-François Cardis, assure l’intérim. L’affaire ne date en fait pas d’hier. «Il y a longtemps que des plaintes du personnel et des cadres intermédiaires remontaient, évoque Vanessa Monney, secrétaire syndicale SSP Vaud. Ces deux personnes avaient en fait des méthodes assez brusques de gestion du personnel. C’est surtout des questions de planification du travail et de pression sur les équipes. Il y a eu des départs et une pétition du personnel, avec 400 signatures, l’an passé.» La direction du comité directeur des hôpitaux, dont les syndicats – la question a été gérée par le SSP et l’interprofessionnel Syna – saluent au passage la décision «salutaire», s’en tient à évoquer des divergences sur les objectifs et les techniques de gestion. «C’est le résultat de tout un processus de réflexion, et la pétition en fait partie, indique Bertrand Vuilleumier, président du Comité directeur des EHNV. Ce qu’il faut relever c’est aussi le contexte difficile dans lequel la direction des soins a travaillé. Nous sommes en train de concentrer les soins aigus à Yverdon, et donc d’harmoniser les procédures, les activités, les services techniques, et tout le travail afin que nos collaborateurs puissent travailler en filière. Nos deux cadres ont fait un excellent travail à ce niveau et on les en remercie.» L’hôpital certifie que la santé des patients n’a jamais été mise en danger. Le syndicat souligne toutefois que les pressions accumulées sur le personnel ont toutefois atteint «une grande ampleur», et que l’heure est maintenant à la reconstruction des équipes et de la confiance du personnel. Ce à quoi doivent contribuer plusieurs mesures prises par l’hôpital. Un directeur des ressources humaines a été nommé et prendra ses fonctions en juin. «Il nous fallait quelqu’un qui soit rompu aux questions de fusions, reprend Bertrand Vuilleumier. Ça nous permettra aussi de faire la transition et ça va imposer une réorganisation des soins qui va améliorer la situation.» Ce n’est pas la première fois que les EHNV sont le cadre d’intervention des syndicats. En 2014, le bloc opératoire avait été malmené par des problèmes d’heures supplémentaires et d’organisation. Un audit externe mené par un médecin fribourgeois avait notamment conclu à la nécessité d’engager un responsable général du bloc et de personnel supplémentaire pour faire face à la hausse des interventions.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.