Dix-huit ans requis contre le meurtrier d'Assens

Procès en appelEn mars dernier, le Tribunal criminel d'Yverdon-les-Bains avait écarté l'assassinat au profit du meurtre. Le Ministère public penche pour l'assassinat et réclame une peine plus lourde.

L’accusé face à ses juges au tribunal criminel. A gauche, parmi les plaignants, la sœur vraie jumelle de la victime.

L’accusé face à ses juges au tribunal criminel. A gauche, parmi les plaignants, la sœur vraie jumelle de la victime. Image: PATRICK TONDEUX

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L’homme arrive menotté dans la salle du Tribunal cantonal. Il purge une peine de 14 ans de prison pour avoir tué son épouse dans la nuit du 27 au 28 octobre 2012. Il s’agit de T.G, le père du petit garçon qui avait 3 mois au moment du drame.

Jeudi, face à la Cour d’appel pénale, il a expliqué, d’une voix parfois inaudible, pourquoi il a fait croire pendant 45 jours que sa femme avait disparu. En fait, il avait enterré le corps dans un bois proche de sa maison, à Assens: «C’était impératif que je gagne du temps dans l’intérêt de mon fils», affirme-t-il. T.G ne voulait pas que le petit soit pris en charge par sa tante et sa belle-famille. «Il a tout fait pour que son enfant soit remis progressivement à une famille d’accueil», explique son avocate, Me Manuela Ryter Godel.

Selon le père, «la situation actuelle de mon fils est la meilleure possible compte tenu des circonstances». T.G, ancien ingénieur de la Ville de Lausanne âgé de 47 ans, semble imperturbable. Le président Marc Pellet le bouscule dans le but de faire émerger des émotions: «Avez-vous songé à l’image que votre fils aura de vous?» Réponse: «Sur le moment, c’était juste horrible et je n’ai pas pensé à ce qu’il penserait lorsqu’il apprendrait ce que j’ai fait. Avec le recul, je me rends mieux compte.»

La Cour veut visiblement examiner de près les éléments qui laissent penser à un acte planifié. Avant de commettre l’irréparable, T.G. avait quitté par une porte-fenêtre la maison de ses amis, à Saint-Légier, où il passait la nuit. Puis il y est retourné, sans rien laisser transparaître. Selon le procureur Donovan Tésaury, c’est «l’alibi en béton armé»: «On est passé près du crime parfait.» Le magistrat voit en T.G. un stratège de haut vol «dénué d’affect»: «Les 45 jours de mensonge ont servi son intérêt, pas son enfant. Il a tué pour ne pas assumer les conséquences d’un divorce».

En vue du jugement qui sera rendu ce matin, le procureur réclame 18 ans de prison pour assassinat, et non pour simple meurtre. Les proches de la victime appuient une aggravation de la peine. La défense, elle, plaide le meurtre passionnel, sanctionné au maximum par 10 ans de prison. T.G. s’explique: «J’étais en colère. J’étais venu pour dialoguer et elle m’a dit: «Tire-toi connard!» J’ai explosé comme une bombe.» (ats/24 heures)

Créé: 20.08.2015, 18h53

Articles en relation

Le tribunal a cru la version du meurtrier d'Assens

Justice Jugé à Yverdon depuis le début de la semaine, l'homme qui a tué son épouse en 2012 ne serait pas le stratège machiavélique décrit par le procureur. Il s’en tire avec 14 ans ferme. Plus...

Dix-huit ans requis pour un crime presque parfait

Meurtre d’Assens Réquisitoire massue au procès à Yverdon de l’ingénieur qui a étranglé son épouse en 2012 et enterré le corps, sûr d’avoir un alibi en béton. Plus...

Le meurtrier d'Assens justifie une nuit d'horreur

Procès à Yverdon L’ex-ingénieur à la Ville de Lausanne tente de convaincre que le meurtre de sa femme n’était pas prémédité malgré les apparences. Plus...

Le meurtrier d’Assens jugé pour assassinat

Vaud Après avoir étranglé son épouse, il y a deux ans, il l’avait enterrée dans les fourrés proches de leur domicile Plus...

Le bébé du drame d’Assens ne sera pas confié à sa tante

Drame familial Le père – qui a avoué le meurtre de sa femme – s’oppose à la demande de sa belle-sœur. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.