Passer au contenu principal

Des donateurs offrent un sursis à l’hôpital des animaux sauvages

Le refuge Erminea avait besoin de près de 60'000 francs. Grâce à bon nombre d’internautes, il pourra notamment former un apprenti.

Cette corneille a été retrouvée blessée à la patte gauche.
Cette corneille a été retrouvée blessée à la patte gauche.
Patrick Martin/24 Heures
Erminea accueille toutes sortes d'animaux, dont ce petit écureuil de 150?grammes.
Erminea accueille toutes sortes d'animaux, dont ce petit écureuil de 150?grammes.
Patrick Martin/24 Heures
Ce furet a été placé quelques jours par ses maîtres, durant leur absence.
Ce furet a été placé quelques jours par ses maîtres, durant leur absence.
Patrick Martin/24 Heures
1 / 4

«On est soulagés et très reconnaissants, souffle Laélia Maumary, fondatrice et présidente du centre de soins à la faune Erminea, à Chavornay. La situation était difficilement tenable. Ces 54'000 francs viennent nous donner une bouffée d’oxygène.» Jeudi, la dizaine de bénévoles, qui tentent au quotidien de sauver des animaux sauvages blessés (voir la vidéo ci-dessous) avant de les relâcher en pleine nature, respire de nouveau. Sur le papier, elle n’a cependant obtenu qu’un sursis. Grâce à son financement participatif lancé sur la Toile en juin, «sans vraiment y croire», l’association a tout juste récolté de quoi tourner une année supplémentaire. Suffisamment, toutefois, pour nourrir ses espoirs.

«On accueille toujours plus de petits pensionnaires, confie Laélia Maumary. Depuis plusieurs mois déjà, notre structure fonctionne à flux tendu. À titre de comparaison, nous avons recueilli 546 animaux en 2018 et 286 avaient pu être relâchés. Cette année, l’été n’est pas encore terminé et nous approchons déjà des 900 animaux.» Et qui dit plus de bêtes, dit plus de soins vétérinaires, plus de nourriture et plus de travail. «Et surtout plus de frais en tout genre! insiste la présidente d’Erminea. Nous hébergeons actuellement une cinquantaine de bêtes, majoritairement des hérissons (voir la vidéo ci-dessous) et des oiseaux. On doit nourrir ces derniers toutes les heures: vous imaginez la charge que cela représente.»

Durant la saison estivale, le centre aurait besoin de trois bénévoles le matin, trois l’après-midi et trois la nuit pour fonctionner convenablement. «Nous sommes loin de ces effectifs, mais nous arrivons à garder la tête hors de l’eau grâce à l’engagement d’un petit noyau dur de passionnés, poursuit Laélia Maumary. Et deux personnes nous rejoindront tout prochainement. C’est ça, la vraie bonne nouvelle!»

«On doit impérativement trouver des moyens pour pérenniser notre action»

L’association Erminea, qui était jusque-là uniquement composée de bénévoles, a pu engager deux personnes. «Une travaillera à 60% et l’autre commencera un apprentissage de gardien d’animaux, se réjouit la présidente du refuge. Les démarches pour pouvoir former un jeune n’ont pas été évidentes à entreprendre, mais nous y sommes parvenus. Nous avons le financement pour ses trois années de CFC.» La centaine de dons reçus en ligne par l’hôpital de la faune lui permet d’envisager l’avenir un peu plus sereinement. «Mais on doit impérativement trouver des moyens pour pérenniser notre action», martèle Laélia Maumary, qui s’apprête à vivre des mois mouvementés. «Les particuliers peuvent nous faire des dons quand ils veulent et rejoindre notre association. C’est bien, mais cela ne suffit pas.»

La présidente d’Erminea compte donc aller frapper à la porte de plusieurs fondations. «C’est loin d’être gagné, reconnaît-elle. Il est plus facile de trouver de l’argent pour un projet spécifique que pour compléter un budget de fonctionnement.» Une chose est sûre, Laélia Maumary n’a pas dit son dernier mot. Elle s’autorise même à rêver d’un mécène qui stabiliserait le centre. «Ça serait parfait, rigole-t-elle. Mais bon, depuis le temps qu’on espère…»

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.