Des donateurs offrent un sursis à l’hôpital des animaux sauvages

ChavornayLe refuge Erminea avait besoin de près de 60'000 francs. Grâce à bon nombre d’internautes, il pourra notamment former un apprenti.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«On est soulagés et très reconnaissants, souffle Laélia Maumary, fondatrice et présidente du centre de soins à la faune Erminea, à Chavornay. La situation était difficilement tenable. Ces 54'000 francs viennent nous donner une bouffée d’oxygène.» Jeudi, la dizaine de bénévoles, qui tentent au quotidien de sauver des animaux sauvages blessés (voir la vidéo ci-dessous) avant de les relâcher en pleine nature, respire de nouveau. Sur le papier, elle n’a cependant obtenu qu’un sursis. Grâce à son financement participatif lancé sur la Toile en juin, «sans vraiment y croire», l’association a tout juste récolté de quoi tourner une année supplémentaire. Suffisamment, toutefois, pour nourrir ses espoirs.

«On accueille toujours plus de petits pensionnaires, confie Laélia Maumary. Depuis plusieurs mois déjà, notre structure fonctionne à flux tendu. À titre de comparaison, nous avons recueilli 546 animaux en 2018 et 286 avaient pu être relâchés. Cette année, l’été n’est pas encore terminé et nous approchons déjà des 900 animaux.» Et qui dit plus de bêtes, dit plus de soins vétérinaires, plus de nourriture et plus de travail. «Et surtout plus de frais en tout genre! insiste la présidente d’Erminea. Nous hébergeons actuellement une cinquantaine de bêtes, majoritairement des hérissons (voir la vidéo ci-dessous) et des oiseaux. On doit nourrir ces derniers toutes les heures: vous imaginez la charge que cela représente.»

Durant la saison estivale, le centre aurait besoin de trois bénévoles le matin, trois l’après-midi et trois la nuit pour fonctionner convenablement. «Nous sommes loin de ces effectifs, mais nous arrivons à garder la tête hors de l’eau grâce à l’engagement d’un petit noyau dur de passionnés, poursuit Laélia Maumary. Et deux personnes nous rejoindront tout prochainement. C’est ça, la vraie bonne nouvelle!»

«On doit impérativement trouver des moyens pour pérenniser notre action»

L’association Erminea, qui était jusque-là uniquement composée de bénévoles, a pu engager deux personnes. «Une travaillera à 60% et l’autre commencera un apprentissage de gardien d’animaux, se réjouit la présidente du refuge. Les démarches pour pouvoir former un jeune n’ont pas été évidentes à entreprendre, mais nous y sommes parvenus. Nous avons le financement pour ses trois années de CFC.» La centaine de dons reçus en ligne par l’hôpital de la faune lui permet d’envisager l’avenir un peu plus sereinement. «Mais on doit impérativement trouver des moyens pour pérenniser notre action», martèle Laélia Maumary, qui s’apprête à vivre des mois mouvementés. «Les particuliers peuvent nous faire des dons quand ils veulent et rejoindre notre association. C’est bien, mais cela ne suffit pas.»

La présidente d’Erminea compte donc aller frapper à la porte de plusieurs fondations. «C’est loin d’être gagné, reconnaît-elle. Il est plus facile de trouver de l’argent pour un projet spécifique que pour compléter un budget de fonctionnement.» Une chose est sûre, Laélia Maumary n’a pas dit son dernier mot. Elle s’autorise même à rêver d’un mécène qui stabiliserait le centre. «Ça serait parfait, rigole-t-elle. Mais bon, depuis le temps qu’on espère…»

Créé: 25.08.2019, 18h56

Un Nord-Vaudois traverse les États-Unis à vélo pour lever des fonds

Sylvain Grandjean a quitté sa commune de Juriens le 10 juillet dernier. Cet enseignant s’est envolé pour un long voyage qui durera une année aux États-Unis. Pas pour enchaîner les selfies devant des monuments touristiques, mais pour soutenir l’association Erminea, basée à Chavornay.

Pour y parvenir, le Nord-Vaudois a embarqué son vélo. Il traversa 48 États et couvrira au total une distance de 27'000 kilomètres. «Les gens s’intéressaient à mon projet et j’ai estimé qu’il fallait profiter de cet élan pour en faire bénéficier une cause bien plus importante que ma petite personne, explique-t-il depuis Madison (États-Unis), après avoir déjà pédalé près de 4000 kilomètres. J’avais découvert cette association qui soigne bénévolement les animaux sauvages via un article de «24 heures» et je ne regrette pas du tout mon choix. Nous y avons organisé un apéritif (voir la photo ci-dessous) avant mon départ et j’ai très bien été accueilli. Ils font vraiment un travail formidable.»



Pour l’instant, grâce à un compte bancaire créé conjointement avec Erminea, Sylvain Grandjean a déjà récolté 2700 francs. Un bon début pour ce sportif qui espère aller encore plus loin. «Je n’ai pas d’objectif chiffré, poursuit-il. Évidemment, plus nous récoltons d’argent, mieux c’est. L’association en a grandement besoin.»

L’enseignant explique ne pas avoir voulu fixer de règles pour ses généreux donateurs. «Il était trop compliqué de mettre en place un système du style: un franc récolté par kilomètre parcouru. Je pense que je recevrai des dons de manière irrégulière. Le pic se situera probablement à la fin du voyage.»

Pour documenter son périple, le Nord-Vaudois publie régulièrement sur son profil Instagram «sylvain_across_america». Car si trouver des fonds pour le refuge pour animaux est son objectif principal, il espère aussi lui donner plus de visibilité. «Je me dis que même les personnes qui ne donneront rien seront au courant de ce que fait Erminea et sauront comment réagir s’ils tombent sur une bête blessée, indique-t-il. Cela ne peut qu’être positif.»





Pour faire un don



Utilisation électronique: CH6600767000U54616798

Utilisation standard: IBAN CH66 0076 7000 U546 1679 8

Sylvain Grandjean, rue de la Forge 2, 1326 Juriens.

Mention: Tour des USA pour Erminea


Articles en relation

L’hôpital des animaux sauvages appelle à l’aide

Le Matin Dimanche Le refuge Erminea a déjà recueilli 500 bêtes depuis le début de l’année. Un nombre qui augmente jour après jour, alors que les moyens des bénévoles sont extrêmement limités. Plus...

[VIDÉO] Un sanctuaire pour dorloter les animaux sauvages blessés

Chavornay Depuis son ouverture en mars, le refuge Erminea a recueilli 445 animaux dans un sale état. La moitié a pu être sauvée. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 21 septembre 2019
(Image: Valott?) Plus...