Passer au contenu principal

Ecolo et locale, l’isolation au chanvre et à la chaux n’en finit pas d’étonner

Promoteur du procédé, Jorgen Hempel présente de nouvelles études qui en montrent les vertus.

Jorgen Hempel, dans sa maison d'Onnens isolée au chanvre et à la chaux.
Jorgen Hempel, dans sa maison d'Onnens isolée au chanvre et à la chaux.
Patrick Martin

Les habitants d’Onnens ne le savent sans doute pas tous: leur ancienne laiterie, rénovée en 2013, est une maison témoin en matière de bioconstruction. Son propriétaire, Jorgen Hempel, y a appliqué la technique ancestrale de l’isolation au chanvre et à la chaux, qu’il a perfectionnée au cours de deux décennies d’essais et de recherches. Ce Danois de 81 ans, établi depuis longtemps en Suisse, ne rate pas l’occasion d’en montrer les qualités. Lorsqu’il nous accueille, une fenêtre est ouverte depuis plusieurs heures sur une fraîche matinée de mars. Dans la maison, le thermomètre s’est maintenu à 19 degrés. C’est là le miracle du procédé: les micropores des copeaux de chanvre permettent à l’isolation de respirer, absorbant et restituant l’humidité selon la température. L’adjonction de chaux vive stabilise le végétal, qui devient ininflammable, imputrescible, fongicide et repoussant pour les insectes et autres parasites.

«Avec 350 m2 habitables, j’ai une facture de 150 francs par mois pour la pompe à chaleur, l’eau chaude, la lumière et l’électricité du ménage», explique Jorgen Hempel. L’homme n’est pas convaincu par les matériaux hi-tech, coûteux à fabriquer et importés de toujours plus loin. «Pour conserver la chaleur, on ferme tout, l’humidité reste et il faut installer des ventilations. Moi, j’ouvre la fenêtre, c’est simple et je suis en contact avec la nature.»

Les maisons Minergie? «Une débauche de technologies. Et qui a décrété qu’il ne fallait plus rien consommer? L’économie réalisée avec des matériaux naturels, bon marché, est déjà énorme.»

Il poursuit: «Durant des millénaires, les hommes ont dû se contenter de ce que la nature leur offrait – pierre, bois, paille, bambou, neige – et ils ont survécu!» Aujourd’hui, la recherche permet de quantifier les performances et de comprendre les interactions.

Filiales dans 9 pays

Après la liquidation de sa société de construction Maison du Nord, suite au défaut de paiement de deux clients, Jorgen Hempel n’a pas baissé les bras. Installée à Sainte-Croix, sa firme Hemp Eco Systems SA chapeaute des filiales dans neuf pays européens. Il s’agit de petites structures regroupant quelques architectes et ingénieurs chargés de former et d’encadrer les professionnels qui veulent mettre en œuvre le procédé.

La société mène aussi des recherches en collaboration avec plusieurs hautes écoles à l’étranger. Ainsi, l’Université de Clermont-Ferrand a déterminé que l’isolation chanvre-chaux (et une quantité infime de minéraux destinés à accélérer la prise du mélange) permet de réduire de 60 à 70% la consommation d’énergie. A Venise, un essai a montré que l’enduit tenait même sur les murs exposés aux eaux salines et stagnantes de la lagune. Surtout, l’analyse d’un échantillon prélevé après deux ans a montré qu’il ne contenait ni bactéries, ni champignons.

Jorgen Hempel est particulièrement fier des réalisations qui servent aussi bien la nature que l’être humain. Dans un collège de Trévise par exemple, la pose d’un enduit sur les murs des classes a permis de réduire le taux de CO2 de 35%, ce qui rendu l’atmosphère nettement plus respirable. Même opération dans la prison de Tarente, où les prisonniers ont effectué eux-mêmes les travaux. «C’était extraordinaire de voir l’émotion de ces gens qui se rendaient utiles et retrouvaient une dignité…»

Seul bémol, l’accueil encore timide en Suisse même. «Les entreprises sont réticentes par rapport à un procédé qui est à l’opposé des technologies qu’elles ont l’habitude d’utiliser», explique le Danois. Qui espère susciter quelques vocations avec la sortie dans un mois d’un manuel destiné aux professionnels.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.