Passer au contenu principal

Un EMS ferme à la vallée de Joux à cause du nouveau coronavirus

Le foyer Agapê, au Chenit, est fragilisé suite à l’infection de plusieurs résidents et membres du personnel. La majorité des hôtes ont été transférés au centre La Grand’Borne, à l’Auberson.

Image d'illustration.
Image d'illustration.
KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT

Le foyer Agapê, au Chenit, a dû fermer ses portes en raison de la pandémie du nouveau coronavirus. Des résidents et membres du personnel de cet EMS de la vallée de Joux ont été infectés par le Covid-19, indiquent samedi les autorités cantonales dans un communiqué: «L’équipe réduite peinait à assurer le tournus des prestations et le bon suivi des prises en charge des résidents.» Les hôtes dans leur majorité ont été transférés dans un centre dirigé par la Fondation Primeroche à L'Auberson, rapporte en substance Keystone-ATS samedi.

Au total, le site concerné compte vingt chambres individuelles dans une vieille ferme rénovée. «La structure architecturale rendait difficiles les prises en charge des malades du Covid-19», ajoute le communiqué de l’État de Vaud. «Les autres résidents ont été déplacés au Pôle santé de la vallée de Joux et à Orbe, détaille Yves Kühne, secrétaire général du Réseau Santé Nord Broye. La fermeture de l’Agapê est temporaire. Cette mesure nous paraît être la meilleure, même si cela peut être difficile pour les familles qui y ont des proches. Mais globalement, cette décision a été bien acceptée.»

Toujours d’après Yves Kühne, l’EMS combier a été particulièrement touché par le virus. «Au moment où nous sommes intervenus, la moitié du personnel était en absence maladie et trois résidents étaient décédés. D’autres ont aussi été testés positifs au Covid-19.» Il reprend: «L’équipe sur place a fait son maximum. Notre décision n’est pas un constat d’échec. Dans un premier temps, nous avons suppléé le manque de personnel avec des ressources externes. Tout a été fait pour tenter de maintenir l’Agapê ouvert.»

Dans la région, plusieurs structures du même genre sont aussi touchées par la maladie. Sans que la situation ne soit catastrophique, assure Yves Kühne: «À l’inverse, certaines sont pour l’instant totalement préservées. Nous n’avons pas pour stratégie de fermer ce type d’établissements. Ce cas est extraordinaire.»

Voir le contenu

Par ailleurs, le secrétaire général du réseau de soins explique que dans les foyers où le virus est entré, l’isolement des personnes infectées est de mise. «Toutes les mesures sanitaires préconisées par le site «hygiène, prévention et contrôle de l’infection» (HPCI) – destiné aux professionnels suisses de la santé – sont suivies», insiste-t-il. Avant de se montrer rassurant quant à la disponibilité du matériel de protection indispensable aux soignants, tel que des masques: «La situation est tendue mais nous n’en manquons pas. Le Canton fait son maximum.»

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.