Passer au contenu principal

Encore un sursis pour les poissons de l'Arnon

Le sort de la microcentrale hydroélectrique prévue dans les gorges de Covatannaz n’a pas été réglé par le Tribunal fédéral.

Les opposants craignent que le projet ne porte atteinte à la beauté du site des gorges de Covatannaz.
Les opposants craignent que le projet ne porte atteinte à la beauté du site des gorges de Covatannaz.
KEYSTONE

Que leur environnement naturel soit ou non impacté par la construction d’une microcentrale hydroélectrique dans les gorges de Covatannaz, les poissons de l’Arnon peuvent encore tranquillement dormir sur leurs branchies. Alors que le sort du projet lancé en 2002 par la société lausannoise Estia était entre les mains du Tribunal fédéral (TF), les juges ont décidé de ne rien décider. Ou plus exactement de renvoyer ce délicat dossier sur le bureau de la Cour de droit administratif et public du Canton.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.