Passer au contenu principal

Une épéclée d’élections dans le nord du canton

Quatorze communes du Nord vaudois et de la Broye devront compléter leur Exécutif, le 24 novembre. Présentation.

Image d'illustration.
Image d'illustration.
Christian Brun

La droite pourrait encore renforcer sa majorité à Chavornay à l’occasion de l’élection complémentaire du 24 novembre. Avec 6 sièges sur les 9 que compte l’Exécutif, le PLR domine aisément les débats. Cependant, le parti a de l’appétit et veut piquer celui laissé vacant par la municipale démissionnaire Jovanka Favre, ex-socialiste qui a rejoint la formation indépendante Chavornay Ensemble. Pour y parvenir, il lance dans la course le conseiller communal Yves Leuenberger, menuisier et président de la société de gymnastique locale. Face à lui, Maniks Krasniqi, conseiller communal et ingénieur ferroviaire, tentera de conserver le siège des indépendants.

«Je suis un enfant du village impliqué dans les sociétés locales, se décrit Yves Leuenberger. Si je veux rejoindre la Municipalité, c’est pour me rapprocher des citoyens.» Celui qui dit fuir «la politique politicienne» prétend n’attacher que peu d’importance au nom de sa formation politique. Sans pour autant rassurer les indépendants, bien décidés à lui barrer la route. «Le PLR s’implique beaucoup au niveau de la commune, mais il doit se rappeler qu’il y a d’autres formations qui représentent aussi la population, indique Paolo Troilo, municipale siégeant sous la bannière de Chavornay Ensemble. Il est normal que nous voulions conserver notre place.» Le groupe Social Écologique ne présente personne, faute de candidat. L’UDC, qui est restée injoignable, non plus.

Du côté de Pomy, un seul candidat s’est porté volontaire pour remplacer le syndic Yves Pellaux à la Municipalité. Il s’agit Kilian Cuche, qui exerce la fonction de collaborateur scientifique.

À Donneloye, trois candidats se disputeront le siège du municipal Jean-Michel Pache, en poste depuis 2012: Frédéric Duc et Ludovic Siegenthaler, tous deux agriculteur, et Jean-Paul Lecoq, agent de sécurité.

Pour remplacer la municipale Sabine Feuchter, à Grandevent, seul l’ingénieur agronome HES Hans-Peter Burri a déposé une liste.

L’élection à Valeyres-sous-Montagny sera plus disputée: Maxime Fridlance, charpentier, et Élisabeth Descamps, gardienne d’animaux, batailleront pour obtenir le siège du municipal démissionnaire Christian Bruand.

À Concise, le retraité Georges-André Banderet, seule personnalité en lice pour récupérer le siège de la municipale Mary-Laure Schorderet, est élu tacitement.

Du côté de La Praz, aucun candidat ne s’est manifesté pour succéder au municipal Carlos Neves Serra.

De leur côté, les habitants de Démoret doivent trouver un successeur au municipal Pierre-Yves Jaquiéry. La journaliste Julie Schüpbach est la seule à s’être présentée.

Dans la commune de Vully-les-Lacs et ses 3200 habitants, trois candidats souhaitent reprendre le siège de municipal laissé vacant par François Haenni. Il s’agit d’Alain Bally (Chabrey), actuel président du Conseil communal, de Sophie Tambini (Villars-le-Grand) et de Denise Maibach (Bellerive).

La lutte est moins acharnée à Grandcour, où Léa Gentil, membre et ancienne présidente du Conseil communal remplacera tacitement la démissionnaire Dominique Elmer.

L’élection tacite n’étant pas prévue dans les communes à Conseil général, les citoyens de Curtilles devront se rendre aux urnes, même si un seul candidat s’est annoncé pour le siège vacant. Frédéric Cand, fromager et père de famille de 49 ans, souhaite reprendre le fauteuil de Ruedi Hofer, dès janvier 2020.

À Missy, les agriculteurs Olivier Thévoz et Laurent Morel, sur une liste commune, ainsi que Jérôme Cyrus, indépendant, ont fait acte de candidature pour prendre les places laissées vacantes par Gilles Truchot et le syndic Fabrizio Ilardo. Le premier avait déjà été élu en mars au nez et à la barbe du candidat officiel, mais son élection avait été annulée par le Conseil d’État. Le syndic ayant démissionné peu de temps après, deux mandats sont libres.

Enfin, à Chevroux et à Rossenges, personne ne s’est annoncé dans les délais pour remplacer, respectivement, les démissionnaires Jacques Mayor et Sabine Martin.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.