L’Espace Horloger mise sur la montre la plus chère

Le SentierLa nouvelle expo temporaire du musée est consacrée aux complications de la Vallée, à travers celles de la montre de tous les records.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le musée de l’Espace Horloger, au Sentier, s’attaque à un monstre sacré en dédiant sa nouvelle exposition temporaire à la Graves de Patek Philippe. Fabriquée entre 1928 et 1933, cette montre est devenue la plus chère du monde lors de sa vente aux enchères chez Sotheby’s en novembre dernier à Genève. Un collectionneur anonyme l’a acquise pour 23,2 millions de francs, frais de marteau compris.

C’est aussi une des plus complexes jamais réalisées. Elle comprend en tout vingt-quatre complications, soit autant de fonctions qui s’ajoutent à l’indication des heures: lever solaire, calendrier perpétuel, et même une carte astronomique complète de la voûte céleste que pouvait admirer son propriétaire originel, le banquier new-yorkais Henry Graves, depuis le balcon de sa demeure sur la 5e Avenue de Manhattan. Il aura fallu attendre l’avènement de l’informatique pour dépasser la complexité de la vénérable toquante.

L’œuvre de dix Combiers

Même si la montre de poche est estampillée «Genève», elle doit en réalité tout à la vallée de Joux. «A l’époque, les grandes marques mandataient des horlogers pour les pièces ou les mouvements, explique Vincent Jaton, directeur de l’Espace Horloger. Et c’est ici qu’on faisait les montres les plus compliquées. On a voulu retrouver ces artisans, qui travaillaient avant l’arrivée des grandes manufactures. En savoir le plus possible sur eux.»

Ils étaient dix en tout, chacun spécialisé dans son domaine. Il y avait Victorin Piguet, le patriarche, qui a œuvré sur la Graves avec ses deux fils, Jean et Paul, et son petit-fils, Henri-Daniel. Un membre de l’équipe était poète à ses heures, un autre pasteur. L’exposition dresse le portrait de ces artisans de l’ombre, met en vitrine les lettres de commande d’alors.

La Graves, par contre, ne sera pas là. Notamment pour des questions de sécurité. «Ce serait comme sortir La Joconde du Louvre», plaisante le directeur. D’autant que le musée du Sentier a été cambriolé en avril dernier. En 2006, il avait été le théâtre d’un braquage avec violente prise d’otage, commis par un membre présumé du gang des Pink Panthers. Pas question de tenter le diable. «Mais on doit être dépositaire de ce patrimoine, insiste Vincent Jaton. Juste avant la vente aux enchères, on a filmé la montre sous toutes les coutures.»

Le résultat sera visible en 3D et en haute définition dans un dispositif au centre du musée. De quoi donner l’impression de la toucher, tout en entendant sa sonnerie Westminster. Avec des tablettes – l’institution se positionne dans la muséographie numérique – le visiteur pourra en outre explorer l’objet en détail, en examiner chaque complication.

Savoir-faire local

Seront aussi présentes une trentaine de pièces d’exception moins connues, prêtées par les manufactures horlogères. Pour le musée, l’objectif est de faire découvrir la construction du savoir-faire local, à travers des montres allant de la répétition minutes aux grandes et aux supercomplications. «La tradition, c’était de fonctionner par mandat. C’est ce qui poussait les artisans à se dépasser, à devenir excellents», poursuit le directeur. Le tour d’horizon commence au XIXe siècle, pour s’achever avec le dernier grand projet en date.

Le seul musée d’horlogerie vaudois, refait de fond en comble en 2012, connaît une fréquentation stable de 8000 visiteurs par année. Il espère la développer avec son exposition qui vise un public large. (24 heures)

Créé: 29.05.2015, 09h42

Articles en relation

Neuf montres rares volées à l'Espace Horloger

Le Sentier Des prototypes ou des séries limitées ont été dérobés lors d'un casse audacieux dans la nuit de dimanche à lundi à la vallée de Joux. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

La mort, lundi, dans l'explosion de sa voiture, de la journaliste maltaise Daphne Caruana Galizia a provoqué une immense émotion en Europe. Le fils de la victime a accusé le gouvernement de complicité.
(Image: Bénédicte) Plus...