Passer au contenu principal

[VIDÉO] A Estavayer, sur les pavés, la neige

La cité médiévale s'est muée durant trois jours en station de ski. Reportage pour la première d'Esta Snow Fest.

Frénésie au départ de la piste rouge. Des grappes d’enfants impatients attendent le feu vert pour entamer à ski, snowboard, bob ou assiette luge une descente de 412 mètres dans la Grand-Rue d’Estavayer-le-Lac. À l’arrivée, c’est la bousculade, les mômes ont les joues rosies et le sourire croché. Ils ne sont pas les seuls. Au point info, Nicolas Baechler est crevé mais heureux. «Il fait beau, il y a du monde, je ne pouvais pas rêver mieux.» Le Staviacois est le chef de projet de la société Chassot Concept SA, organisatrice du premier Esta Snow Fest. Soit la transformation durant trois jours de la cité médiévale d’Estavayer-le-Lac en station de ski. Une station qui a palpité, avec des bars, des concerts, une patinoire, deux pistes de ski et un snowpark. Le tout saupoudré de quelque 400m3 de neige importée de la Chaux-de-Fonds.

Ski pour tous

«J’ai récupéré des vieux skis à la décharge et je les ai découpés, histoire de tester un nouveau truc.» Rodolphe vient de terminer la piste rouge, combinaison vert fluo certifiée années 80 sur le dos. Ils sont plusieurs dans les rues de la cité médiévale à avoir ressorti les lattes d’antan et les combis qui piquent les yeux. Directeur de la communauté régionale de la Broye, Pierre-André Arm a endossé la sienne. Sans oublier le bonnet de la manifestation, reprise du célèbre couvre-chef Credit Suisse des années 80. Ses lattes de bois par contre datent des années 50. «Ce sont les skis de mon père, je viens de faire une descente avec, un peu de fart et ils fonctionnent toujours.»

Alors que les adultes font les gamins sur la piste rouge, en haut de la piste verte, située aux abords de la collégiale Saint-Laurent, les gosses sont très concentrés. Partenaire de la manifestation, l’École de ski des Diablerets coache gratuitement les enfants. «Nous sommes six par jour à nous relayer pour offrir des initiations au ski. Nos cours ont bien marché. C’est vraiment bien qu’ils aient osé organiser cette manifestation, ça change et ça donne une opportunité aux gens qui n’ont pas l’habitude d’aller skier», note Claude-Alain Schenk. Même écho auprès des stands proposant des skis à l’emprunt, qui affirment avoir eu beaucoup de demandes.

Mais même les habitués des stations du Jura ou des Alpes ont fait le déplacement. Casques et Goggles, Killian et Axel, âgés de 14 ans, sont prêts à rider. «D’habitude on doit faire des heures de voiture, là on est venu à pied, c’est sympa.» Âgée de six ans, Mathilda est allée skier le matin même à la Berra. Elle enchaîne maintenant les descentes dans la vieille ville accompagnée de son papa, en snowboard. Elle avoue timidement que la neige est moins bonne, mais ça ne l’arrête pas. Avec une température d’environ six degrés et un soleil dardant ses rayons, la neige est printanière. «Avec de la pluie cela aurait été la cata», confie Rodolphe.

Mais les participants ne s’attendaient pas à de la poudreuse, et la pente a permis d’assurer la glisse. Côté snowpark, aucun souci, puisqu’un câble de téléski nautique a tracté les riders sur les sauts. Avec plus ou moins d’intensité selon le niveau, ce qui a permis aux skieurs et snowboardeurs confirmés de se faire plaisir. Si les organisateurs ne disposent pas de chiffres de fréquentation, la manifestation étant gratuite, ils estiment que des milliers de personnes ont visité cette station éphémère. «Samedi soir, c’était la folie, c’était noir de monde note Fabien Baudin, responsable presse. Et on est content car il n’y a eu aucun accident ni débordement. C’est bien parti pour qu’il y ait une seconde édition.» Le p’tit train d’Estavayer pourrait bien accueillir chaque hiver des skis dans ses wagons.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.