Estavayer se rapproche de son lac

BroyeLes autorités de la Cité à la Rose veulent dynamiser l’immense zone qui longe les rives.

Situé au cœur du parc des Rives, le port de plaisance d’Estavayer est au cœur des préoccupations. 
Sa concession est remise en jeu pour le 22 juillet prochain.

Situé au cœur du parc des Rives, le port de plaisance d’Estavayer est au cœur des préoccupations. Sa concession est remise en jeu pour le 22 juillet prochain. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

À Yverdon-les-Bains, la phrase résonne comme un slogan que les autorités répètent depuis des années. À Estavayer, la formule est nouvelle, mais c’est bien la même: la Cité à la Rose veut «se rapprocher de son lac». Les autorités communales ont présenté, lundi, leur vision à long terme pour les rives qui le bordent. Un futur qu’elles ne peuvent imaginer sans la maîtrise du port de plaisance de 700 places, aujourd’hui aux mains d’une société coopérative, la Socoop. Or la concession dont bénéficie cette dernière arrivera à échéance le 21 juillet prochain. «Nous en revendiquons officiellement la responsabilité. D’ici au 2 février, nous déposerons une demande auprès du Canton de Fribourg, qui octroie cette autorisation», relève le vice-syndic, Éric Chassot, en charge de l’aménagement du territoire.

Le port est au centre des préoccupations, justement parce qu’il est en plein centre d’une zone rebaptisée pour l’occasion «parc des Rives». Comme à Yverdon. Le parallèle entre les deux villes peut s’arrêter là. Car si la Cité thermale entend créer un vaste quartier d’habitation pour se rapprocher des berges du lac de Neuchâtel, sa voisine de la Broye fribourgeoise imagine d’abord accentuer l’attrait touristique et de détente d’un secteur qu’elle divise en sept zones distinctes.

Des espaces à relier

À Estavayer-le-Lac, les rives offrent en effet des espaces pour la plage, les sports nautiques, les loisirs, les festivités et la détente, l’hébergement et la promenade. Et donc le port. Ou plutôt les ports, puisque la Commune a récemment déposé une demande préalable pour la création d’un port de 250 places pour de la petite batellerie, première étape concrète de ce redéploiement.

Ces sept zones doivent toutes être reliées entre elles, afin d’augmenter la perméabilité du secteur pour les visiteurs, qu’ils soient touristes ou Staviacois. «Aujourd’hui, on ressent trop l’impression de ne pas être là où on devrait lorsqu’on arrive au port ou dans certains secteurs de chalets. Or l’ensemble se trouve sur le domaine public, rappelle Éric Chassot. Certains ont un peu tendance à l’oublier.»

Cette plus grande facilité d’accès, la Commune l’envisage également depuis la vieille ville. Membre du conseil général, François Julmy a participé aux ateliers de réflexion conduits cette année par le bureau d’urbanisme Team+. «Cette liaison doit être facilitée, augmentée, notamment en termes de mobilité douce», affirme-t-il. Une seconde voie d’accès praticable pour les deux-roues est ainsi en réflexion, au départ du château.

Promenade des rives

Dans le même ordre d’idée, les autorités imaginent la réalisation d’une promenade des Rives, dont certains tronçons existent déjà. Interconnectée avec la promenade des Remparts, au centre-ville, elle se ponctuerait par un sentier longeant les rives jusqu’à la plage de Font à l’intérieur de la Grande Cariçaie.

En termes d’infrastructures, difficile de ne pas se pencher sur la délicate question de l’Hôtel du Lac, à l’abandon depuis le printemps 2016. Cet été, l’Exécutif a résilié le contrat de superficie qui lie la Commune avec le propriétaire. «Comme le port, c’est une carte de visite pour notre ville. Or aujourd’hui, c’est peu dire qu’il est n’est pas très accueillant. Nous voulons que cela change», explique le syndic, André Losey.

Fortes des conclusions des différents ateliers, les autorités envisagent aussi de doper l’offre de loisirs. Il est ainsi question d’une piscine naturelle à deux pas de cet établissement. Ou encore d’élargir la palette d’activités nautiques du côté du téléski nautique. «Nous avons également cerné le potentiel de la place du «concours hippique» ou de la Grande Gouille, qui doivent mieux être mises en valeur», conclut le syndic. (24 heures)

Créé: 12.12.2017, 13h28

Pas de plan B pour le port de plaisance

Les autorités l’ont répété à l’envi lundi: elles ont fait de la reprise du port une priorité de leur vision sur l’avenir du parc des Rives. Mais que se passerait-il si, au printemps prochain, le Canton de Fribourg ne leur octroyait pas la concession tant espérée? «Il n’y a pas vraiment de plan B. Notre grand projet pour ce secteur ne tomberait pas à l’eau, mais il s’en trouverait fortement ralenti, c’est vrai», reconnaît le vice-syndic, Éric Chassot. Et si la Socoop se voit prolonger son bail d’exploitant, elle devra «aider la Commune à améliorer les infrastructures du secteur et participer au financement de l’entretien des rives», selon l’édile.
Les autorités précisent néanmoins qu’elles n’ont pas l’intention de gérer le port, mais d’en contrôler la destinée. «Rien n’a encore été décidé quant aux collaborateurs qui y travailleraient, mais le personnel aujourd’hui mandaté par la Socoop pourrait être une solution», affirme le vice-syndic.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Publié le 21 septembre 2018.
(Image: Valott) Plus...