Passer au contenu principal

Une étude est lancée pour fluidifier le trafic à la plage

La circulation s’est faite en sens unique dimanche à la plage d’Yverdon. Cette mesure pourrait être pérennisée.

Les jours de beau temps, accéder et se parquer à la plage d'Yverdon est un casse-tête. Des améliorations sont envisagées.
Les jours de beau temps, accéder et se parquer à la plage d'Yverdon est un casse-tête. Des améliorations sont envisagées.
JEAN-PAUL GUINNARD

La gabegie. Ce terme prend tout son sens les week-ends d’été, à la plage communale d’Yverdon. Des deux côtés de la route, sur les parkings gratuits en dur ou en terre, pas une place de parc libre en vue. Chaque espace est occupé par une voiture. Il est parfois impossible de s’y croiser. «S’il y avait eu un accident dimanche dernier, l’ambulance n’aurait pas réussi à atteindre la plage», constate Manuela Collaud, patronne du Restaurant de la Plage. Avec son mari, ils occupent la seule place payante des lieux. Depuis des années, le trafic autour de la plage – prise d’assaut aux premiers rayons du soleil par des milliers de personnes d’Yverdon, de la région et même de France voisine – est un véritable casse-tête. Les 600 places du secteur sont rapidement occupées, que ce soit par les clients du Restaurant de la Plage – qui ont le droit de stationner sur l’un des 40 espaces durant trois heures maximum – ou encore ceux du Camping de la Plage, rénové l’an dernier. La création d’un nouveau Club nautique à l'extrémité de la plage cet été n’a pas arrangé la situation.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.