Les évadés de la Croisée ont forcé les portes à la petite cuillère

OrbeLa typologie des prisonniers a changé. Désormais, ils sont prêts à tout pour quitter leur cellule, a constaté la conseillère d'Etat Béatrice Métraux. Elle a donc ordonné qu'une réflexion sur la sécurité des prison soit entamée.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Lundi aprés-midi, Sylvie Bula, cheffe du service pénitentiaire a débuté la conférence de presse par relater le déroulement de l'évasion de ce week-end, avant de communiquer au sujet du rapport qui concerne celle de juillet.

Dans la nuit de samedi à dimanche, six détenus sont parvenus à ouvrir les portes de leur cellule grâce à des outils de type services (couteaux à bout rond et cuillère). Ils ont ensuite fracturé une porte pour se rendre jusqu'au secteur socio-éducatif, qui se trouve à l'intérieur de la zone carcérale. Puis, ils ont cassé une vitre pour aller sur le parking du personnel.

Ils ont réussi ce cheminement, car ils ont pu obscurcir les caméras. Sylvie Bula a expliqué aux journalistes que la personne qui scrutait les écrans se concentre, durant la nuit, sur le pourtours de la prison.

23 patrouilles de police et un hélicoptère
Les détecteurs de mouvements du parking ont, par contre, fonctionné et se sont déclenchés à 1h15. La police a été prévenue dans les deux minutes. Vingt patrouilles de la police cantonale, et trois de la police du nord vaudois sont intervenues sur place, secondées dès 3h30 par un Super Puma de l'armée. Deux fuyards ont ainsi été retrouvés à 5h, puis deux autres à 5h30, a rappelé Philippe Jaton de la police cantonale.

Béatrice Métraux est ensuite revenue sur le rapport concernant l'évasion de juillet, reçu par un hasard du calendriers vendredi passé. Des mesures ont été prises. Elles comprennent:
- la sécurisation des combles
- le remplacement des barbelés
- la correction de l'orientation des capteurs pour qu'il n'y ait plus d'angle mort.

Employé licencié
Enfin, l'employé présent ce jour à été licencié. L'analyse des données à montré qu'il avait pris l'habitude de désactiver les détecteurs infrarouges, car ils se déclenchaient semble-t-il trop facilement, au passage de chats ou de vaches paissant dans le pré voisin.

Béatrice Métraux a noté que les installations sont obsolètes. Les détecteurs infrarouges datent de 2003 et ne sont plus adaptés. La typologie des détenus a changé. Désormais, ils sont prêts à tout pour quitter leur cellule, a encore constaté la conseillère d'Etat. Elle a donc ordonné qu'une réflexion sur la sécurité des prisons soit entamée. Des spécialistes ont été contactés pour lancer un audite externe.

Enfin, Sylvie Bula a expliqué que des mesures de renforcement des portes ont eu lieu, à défaut de pouvoir les remplacer à court terme.

Créé: 22.10.2012, 16h18

Articles en relation

Évasion à la Croisée: les détenus ont forcé les portes

Orbe Quatre des six détenus en cavale ont pu être arrêtés peu après à Suchy. Deux sont toujours en fuite. Ils ne sont pas réputés dangereux. Plus...

Les gardiens de prison avaient éteint le système de détection à cause des vaches

Quintuple évasion Une nouvelle affaire éclate au sein du Service pénitentiaire. Des fautes incroyables ont été commises à la?prison de la Croisée, à Orbe. Plus...

Les cinq évadés d'Orbe toujours en cavale

Nord vaudois La police est toujours à la recherche des détenus qui se sont évadés de la prison de la Croisée, à Orbe, lundi. Plus...

Cinq détenus s'évadent à Orbe

Prison Cinq hommes se sont enfuis de la prison de la Croisée tôt ce matin. Ils sont toujours en cavale. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.