Le fameux Café du Grütli ferme, faute de repreneur

Saint-Aubin (FR)Las de ne pas trouver d’acquéreur pour lui succéder, le cuisinier Didier Collaud a décidé de vendre son bien à un promoteur.

Toujours secondé par Irène, Didier Collaud a décidé de vendre son bistrot.

Toujours secondé par Irène, Didier Collaud a décidé de vendre son bistrot. Image: JEAN-PAUL GUINNARD

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les Carabiniers en haut du village de Saint-Aubin et le Grütli pour le bas, c’est bientôt de l’histoire ancienne pour le village de la Broye fribourgeoise. Mis en vente depuis plus de deux ans, l’emblématique «Café du Grütli fermera définitivement ses portes le 24 février», annonce le patron Didier Collaud à sa clientèle depuis quelques semaines. L’établissement devrait laisser la place à un projet immobilier.

«Mon souhait était que cela reste un restaurant après mon départ. J’ai bien eu quelques contacts avec des repreneurs intéressés, mais les bistrots n’ont pas vraiment la côte auprès des banques, qui demandent au minimum 50% de fonds propres aux jeunes, alors que pour les sociétés immobilières, ce n’est pas pareil», lâche le cuisinier plein de mélancolie. De guerre lasse et face à une santé de plus en plus défaillante, il a donc finalement décidé de céder son bien à contrecœur.

Croisée de deux routes

Idéalement situé à la croisée de deux routes cantonales, conduisant sur Fribourg dans un sens en direction de Delley ou Domdidier, mais menant sur Vaud dans l’autre vers Villars-le-Grand et Missy, le bâtiment est pourtant doté d’un imposant parking prisé des routiers. Avec ses vitrines des sociétés de tir, de jeunesse ou d’une amicale de foot aux murs, l’enseigne, nommée aussi «Chez Pipet» selon le surnom donné à Joseph, père de Didier, avait pourtant tout de la pinte campagnarde traditionnelle.

«S’ils pouvaient causer, ces murs, ils en auraient des choses à dire», soupire l’ancien député Elian Collaud, fidèle parmi les fidèles. L’un de ses compères d’apéro propose de dresser une statue du patron au milieu du parking. Didier, pour sa part, avoue une tendresse particulière pour la caricature entourée de grenouilles que lui a offerte Alex, le dessinateur de «La Liberté» en guise de remerciement. Tout en se souvenant avec tendresse des tournois de pétanque de la Jeunesse en juillet, dont il aligne les remerciements sur le comptoir, il relève aussi que les jeunes du village l’avaient invité à un concert de Johnny Hallyday. En passant devant la vitrine, il s’arrête à la table 3, réunissant souvent les agriculteurs du village voisin de Missy, à l’heure du café. «On la surnomme la table des millions», rigole le tenancier.

Alors qu’il travaillait à Genève, le dixième et dernier enfant de la famille avait répondu à un courrier du syndic, pour revenir seconder son papa Joseph à la tête de l’établissement en 1981. Pendant la guerre, les parents, paysans de profession, avaient déjà exploité l’Hôtel de Ville, l’ancien nom des Carabiniers. Alors que Simone s’occupait de nombreuses tâches de cuisine ou d’entretien, Joseph avait adoré le contact avec la clientèle derrière le comptoir. Ainsi, quand il peut racheter le Grütli en 1969, il saute sur l’occasion. À cette époque, ses pochettes d’allumettes publicitaires qualifient le lieu de «rendez-vous des sportifs et des Vaudois».

Propriétaire depuis 1987 et l’année de son mariage avec Irène, Didier a amené plusieurs nouveautés ayant fait son succès dans la région, comme la viande sur ardoise ou les cuisses de grenouilles. Fondues, filets de perches et surtout assiettes de jambon ont aussi fait la renommée des lieux, de nombreuses sociétés locales y organisant leurs assemblées ou comités. «Des habitués me demandaient parfois de cuisiner ce que je voulais», glisse celui qui fête ses 35 ans comme membre de Gastro Fribourg. Malgré la séparation du couple, son épouse est toujours restée à ses côtés pour le seconder auprès d’une équipe de service ou cuisine, dont plusieurs sont considérés comme membres de la famille.

Bâtisse historique protégée

Dotée d’un appartement sous les combles et de deux salles aménagées dans l’ancienne grange, la bâtisse historique est protégée et devra rester en place. Pour le reste, des appartements seront probablement aménagés dans le volume. L’été dernier, une démarche participative lancée sur les réseaux sociaux avait pour but d’éviter que le Grütli ne soit transformé en appartements. Peine perdue! Un ou deux locatifs pourraient encore pousser sur les deux parcelles de l’établissement, dont la surface dépasse les 3000 m2. La fin d’une pinte historique. (24 Heures)

Créé: 09.02.2019, 16h56

Articles en relation

Des habitants s’activent pour «sauver Le Milan»

Lausanne Une pétition vient d’être lancée pour soutenir le restaurant alors qu’un projet immobilier est en gestation. Plus...

Quelques mètres carrés sur Vaud menacent une route fribourgeoise

Développement Impérative aux yeux de la commune de Saint-Aubin (FR), une route n’est pas considérée comme prioritaire par le canton de Vaud. Plus...

Dix sociétés retenues pour s’implanter dans la Broye

Économie Lancé en janvier, le concours international fribourgeois Agri & Co Challenge a sacré seize entreprises, dont dix s’installeront à St-Aubin. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.