Le faubourg des Moulins réapparaît à Yverdon

FouillesSous une rue aujourd’hui à fort trafic repose tout un quartier d’artisans, de canaux et de moulins.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

C’était sous le bitume. A moins de 20 centimètres. Un entremêlement de murets, de larges fondations, d’amas de tuiles et de cailloux, qui révèlent un pan entier de l’histoire d’Yverdon, il y a plus de cinq siècles. Le faubourg des Moulins a refait surface il y a quelques semaines, sous la rue du même nom. L’ensemble de vestiges, qualifié de «complexe» par les fouilleurs, est apparu lors de fouilles archéologiques d’urgence réalisées dans une large tranchée étirée le long de la rue sur plus de 120 mètres.

A cette échelle, c’est même une première, dans ce secteur peu connu de la cité de Pierre de Savoie. Les fouilleurs restent prudents et manquent encore d’indices de datation. Mais il est déjà possible d’identifier des façades de maisons du Moyen Age, avec d’étroites boutiques donnant sur la rue, un tronçon de canal à ciel ouvert, voire un morceau de pont. Une image des plus pittoresques en somme, qui tranche radicalement avec le décor d’aujourd’hui: une route à fort trafic, qui relie le centre de la ville à ses quartiers résidentiels.

Voie commerciale
«On peine à se rendre compte du passé de cette partie d’Yverdon, il faut beaucoup d’imagination», sourit France Terrier, conservatrice du Musée d’Yverdon et région. On était alors à l’extérieur du bourg médiéval, dans un faubourg entouré de murailles et de canaux. D’un côté la Thièle, qui y coule toujours. Il y avait aussi un autre canal, la «Thièle des Moulins», qui actionnait les roues à aubes et faisait vivre tout le quartier. Il a disparu. Il faut dire que le faubourg était bien situé: en amont, le bief remontait directement à l’écluse qui menait au canal d’Entreroche, en aval, sur le bras de la Thièle, arrivaient toutes les marchandises qui avaient transité par le Rhin, venant notamment d’Angleterre.

La tranchée de fouilles actuelles, réalisée pour renouveler les canalisations et les amenées d’eau, révèle aussi des heures plus dramatiques de l’histoire locale: de gros murs en pierre de taille ont été retrouvés et sont visiblement les restes de l’imposant «boulevard». En 1513, les ducs de Savoie rasent plusieurs maisons et édifient ce bastion d’artillerie pour défendre cette entrée de la ville des armées confédérées.

Petite industrie
Ce que les archéologues ont dégagé, c’était un véritable poumon économique pour Yverdon. Suivant les époques se sont succédé de petits artisans, comme des tanneurs ou des teinturiers, qui disposaient de leur roue à aubes. Les spécialistes évoquent aussi des tavernes et des jardins çà et là. Plus récemment, on y a vu des ébénistes et la dernière forge d’Yverdon, aujourd’hui transformée en Maison des Associations. Une boucherie et ses abattoirs se situaient un peu plus bas, sur un pont enjambant le canal et donnant accès à la rue du Milieu.

Les façades se suivaient en dents de scie, jusqu’à leur démolition dans les années 1930. Seule subsiste encore une rangée de la rue principale. Les photos du début du siècle montrent encore des ponts en bois, des maisons couvertes de lierre.

Quartier populaire
«Ce secteur proto-industriel a perdu en importance quand l’entrée de la ville s’est faite par le pont de Gleyres, celui de l’actuelle place Bel-Air, au XVIIe siècle. Il est ensuite devenu plus populaire, raconte Daniel de Raemy, historien spécialiste d’Yverdon. Les cadastres donnent des noms locaux, sur deux ou trois générations.»

Les fouilles suivront la fin des travaux, mais resteront superficielles. Après quoi l’ancien faubourg disparaîtra de nouveau sous le bitume

Créé: 28.04.2015, 10h28

Articles en relation

Une villa romaine refait surface à Saint-Prex

Archéologie Un domaine antique se cachait dans le sous-sol d'une parcelle viticole. Le propriétaire du terrain devra payer une partie des fouilles. Plus...

Des tombes médiévales découvertes à Mollens

Archéologie Un ancien cimetière a refait surface sous l'ancienne forge communale. Mais l'exécutif hésite à poursuivre des fouilles en raison des coûts. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.