Une femme sous-payée est virée durant sa grossesse

OrbeL’agence Adecco a été condamnée à verser une compensation salariale à une mère de famille qu’elle avait placée chez Hilcona.

Des salariés ont manifesté devant l’usine située à Orbe, au mois de novembre.

Des salariés ont manifesté devant l’usine située à Orbe, au mois de novembre. Image: Florian Cella

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Une mère de famille ayant travaillé chez Hilcona, le fabricant urbigène de sandwiches, de salades et de pizzas industriels, a obtenu gain de cause devant la justice. «Elle était payée 15 fr. 69 l’heure et avait été licenciée pendant sa grossesse par le spécialiste du travail temporaire Adecco, qui l’avait embauchée, s’insurge Nicole Vassalli, secrétaire syndicale Unia. Le Tribunal des prud’hommes de l’arrondissement de la Broye et du Nord vaudois admet que le licenciement est nul et qu’il s’agit d’un cas de sous-enchère salariale.» Adecco devra donc verser une indemnité de 2556 francs à la plaignante.

Le syndicat voit en ce verdict une première victoire dans son combat contre Hilcona, une marque du groupe Bell, lui-même entreprise de production Coop. Pour rappel, plusieurs collaborateurs de la société avaient manifesté devant les locaux d’Orbe en novembre. Ils accusaient leur employeur de ne pas respecter la loi sur le travail. Ce que démentait Fortunat Dillier, directeur d’Hilcona. Mercredi, ce dernier assure par e-mail regretter qu’une employée temporaire n’ait pas été «traitée» correctement: «Hilcona n’a en aucun cas été impliquée dans le procès, ni en tant que défendeur ni en tant que témoin. Par conséquent, nous ne pouvons commenter cette décision.» Il ajoute: «Aujourd’hui, nous donnons aux travailleurs temporaires des salaires plus élevés que ceux fixés par Swissstaffing (ndlr: association faîtière des prestataires des services de l’emploi).»

De son côté, la société spécialisée dans l’intérim indique qu’elle n’a pas encore décidé si elle allait recourir contre la décision rendue. «Nous en avons reçu les motifs et considérations en fin de semaine dernière, assure Annalisa Job, directrice de la communication d’Adecco. Le tribunal a majoritairement rejeté les revendications de la partie demanderesse. Nous sommes en train de vérifier comment réagir à la créance restante.»

Par ailleurs, selon Unia, cette affaire montre aussi à quel point les droits des femmes sont «bafoués dans certaines entreprises en Suisse». Par conséquent, le syndicat appelle «toutes les femmes et les hommes solidaires à participer à la journée de grève et d’action des femmes, le 14 juin prochain». (24 heures)

Créé: 15.05.2019, 18h46

Articles en relation

Le personnel d’Hilcona digère mal ses conditions

Orbe Unia accuse l’entreprise alimentaire de ne pas respecter la Loi sur le travail. La direction dément. Plus...

Hilcona renonce à doubler son usine d’Orbe

Agroalimentaire Le projet devait créer jusqu’à 500 emplois. Il était au cœur d’un bras de fer entre le Canton et Berne sur l’application de la LAT. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.