Fermé depuis 2011, le Cinéma Rex tente un nouveau come-back

Yverdon-les-BainsLe Bel-Air ne sera peut-être bientôt plus l’unique écran de la deuxième ville du canton. Trois salles sont projetées à la rue des Moulins.

Le couloir d’accès au Rex a été démantelé. Une marquise sera installée pour conduire à la nouvelle entrée du cinéma yverdonnois.

Le couloir d’accès au Rex a été démantelé. Une marquise sera installée pour conduire à la nouvelle entrée du cinéma yverdonnois. Image: PHILIPPE MAEDER

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La résurrection du septième art à Yverdon était passée par elle, il y a tout juste six ans. Son développement aussi. Exploitante du Cinéma Bel-Air depuis sa réouverture en juin 2012 après neuf mois de fermeture, Chahnaz Sibaï pourrait bientôt gérer la programmation de trois nouveaux écrans. Via GAM Investment Management, le propriétaire de l’immeuble qui abritait le Rex met à l’enquête dès samedi un projet de réaménagement qui comprend trois salles obscures, un espace de réception bar et une terrasse. Ce cinéma installé à la rue des Moulins 30 était à l’abandon depuis avril 2011.

S’il voit le jour, le projet redonnerait à la deuxième ville du canton une offre cinématographique plus en rapport avec sa taille. Et sa politique culturelle déjà bien développée, notamment grâce à sa programmation théâtrale. La municipale Carmen Tanner n’est pas la dernière à s’en réjouir: «Ce projet quadruplerait le nombre de salles à Yverdon en faisant revivre un lieu qui était mort, qui plus est au centre-ville. Ça évoque en moi des images de Cinema Paradiso.» Les cinéphiles ne diront pas le contraire, eux qui avaient même dû composer pendant neuf mois sans la moindre salle de cinéma, au début de la décennie. Exsangues financièrement, les exploitants Vincent et Palmolino Esposito avaient coup sur coup fermé le Rex en avril 2011, le Capitole deux mois plus tard et le Bel-Air en septembre de la même année.

Chahnaz Sibaï voit, elle aussi, d’un bon œil ce projet qui devrait lui tirer une épine du pied: «Avec le Bel-Air uniquement, je me sens un peu coincée. La semaine dernière, je n’ai par exemple pas pu sortir le dernier «Star Wars», parce que «Deadpool» fonctionnait bien et qu’il aurait été dommage de le retirer de l’affiche.»

Vrai lieu culturel

Sans que les contours du bâtiment ne soient touchés, le futur Rex se composera donc de deux salles de 120 et 80 places, où l’exploitante aura la possibilité de jouer les prolongations avec certains films. Mais pas seulement, puisque des longs-métrages y seront aussi proposés en première sortie yverdonnoise. En outre, une petite salle de 30 sièges sera idéale pour la programmation de films plus intimistes. Donnant sur une terrasse disposée du côté de la Thièle, elle sera également à louer pour des meetings ou des anniversaires. «Plus qu’un simple cinéma, c’est un lieu culturel dédié au septième art qui pourrait s’ouvrir. Un lieu vivant, comme on a déjà pu le voir au travers de ce que Mme Sibaï propose au Bel-Air», reprend la municipale.

Outre la continuité de l’offre cinématographique qu’elle entend mettre en place entre les deux lieux, l’exploitante relève justement que ce projet lui offrira de meilleures conditions pour mettre sur pied différents événements. «L’opéra continuera d’être projeté au Bel-Air, cette salle de 250 places s’y prête à merveille. Ce qui n’est pas du tout le cas quand j’organise la venue de cinéastes suisses. Pour ces invités, se retrouver devant une trentaine de personnes perdues dans cet espace immense a quelque chose de terrifiant. Au Rex, ce sera différent.»

La prudence s’impose néanmoins, malgré la volonté manifeste de différents bords de faire revivre le Rex. «J’ai le sentiment que les Yverdonnois appellent de leurs vœux une autre salle», affirme Carmen Tanner. Dans un passé pas si lointain pourtant, d’autres projets n’avaient finalement pas vu le jour au Rex. Le centre culturel et cinématographique imaginé par l’association La 7e Porte en 2016 ou le miniplex alternatif souhaité en 2011 par Laurent Toplitsch, père du Zinéma de Lausanne, n’ont au final jamais connu de lever de rideau. (24 heures)

Créé: 30.05.2018, 19h59

Articles en relation

L’ex-Cinéma Rex ne sera pas un centre culturel

Yverdon-les-Bains Le propriétaire du lieu a coupé les ponts avec l’association La 7e Porte, qui se profilait comme locataire. Plus...

Feu le cinéma Rex va se muer en centre culturel

Yverdon-les-Bains Une association compte ressusciter la salle obscure, qui deviendra La 7e Porte et accueillera concerts, spectacles et projections. Plus...

Bientôt trop de cinémas à Yverdon?

Culture Après la reprise du Bel-Air, la ville pourrait compter dix écrans Trop? Des appuis politiques semblent acquis. Plus...

Paid Post

Le casual dating est-il fait pour vous?
L’idée d’une rencontre purement sexuelle sans aucun engagement peut paraître séduisante, mais une petite mise au point s’impose.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 14 novembre 2018
(Image: Bénédicte) Plus...