Pour fêter ses 30 ans, la compagnie du Clédar fait la grève du sexe

Vallée de JouxLa troupe change à nouveau de registre et présente «Lysistrata». Signée Aristophane, cette comédie met en scène le stratagème mis en place pour rétablir la paix.

Les représensations de Lysistrata auront pour cadre le Grand Hôtel du Pont.

Les représensations de Lysistrata auront pour cadre le Grand Hôtel du Pont. Image: GILLES SOIMOND - A

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La Compagnie du Clédar fête ses 30 ans de spectacles. Pour l’occasion, la troupe de théâtre amateur combière refera pendant trois semaines la grève du sexe chère à Aristophane. Elle a en effet choisi de monter Lysistrata, écrit par le poète grec il y a plus de 2400 ans et mis en scène pour l’occasion par «l’arTpenteur» Thierry Crozat.

Cette «comédie civique» qui milite pour la paix dépeint le stratagème utilisé par l’héroïne éponyme pour mettre un terme à la guerre opposant Athéniens et Spartiates: en l’occurrence la grève du sexe imposée aux hommes par toutes les femmes de la cité. Au vu du projet, il y a fort à parier que les spectateurs jouiront sans peine de ce spectacle tournant autour de l’abstinence.

Pour cette année anniversaire, le Clédar n’allait en tout cas pas se priver d’un double plaisir marqué du sceau de la nouveauté et de l’insolite. Nouveauté d’abord, puisque, à l’occasion de son dix-septième spectacle, la troupe poursuit son exploration des genres. Après avoir touché à Shakespeare, à Brecht, à Molière ou encore à Chessex, elle remonte aux origines en adaptant une comédie antique.

Lieu anachronique

Insolite, ensuite, avec le lieu choisi. Guidés par des pros, les comédiens amateurs du Clédar se sont déjà produits dans une scierie désaffectée, sur la scène d’un théâtre élisabéthain construit de leurs mains ou même sur le lac de Joux. Cette année, ils investissent le Grand Hôtel du Pont, laissant au scénographe professionnel Jean-Luc Taillefert le soin d’évoquer la Grèce antique dans un lieu totalement anachronique. Suivant la proposition de Thierry Crozat, il a transformé le cercle rituel du théâtre antique en dispositif bifrontal. Ainsi, deux gradins se font face, symbolisant la confrontation entre Spartiates et Athéniens, ou entre femmes et hommes.

Enfin, qui dit art scénique de la Grèce antique pense au chœur, parole de la cité. C’est Chantal Bianchi, codirectrice avec Thierry Crozat des arTpenteurs, qui signe la musique et guide les chanteurs. (24 heures)

Créé: 08.08.2017, 10h55

Infos pratiques

«Lysistrata»

Grand Hôtel du Pont, du 16 août au 9 septembre (du mardi au samedi) par la Cie du Clédar. 35 fr. (15 fr. pour les enfants et étudiants)

Rés.: www.cledar.ch ou au 021 845 17 77

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

La caisse maladie demande aux thérapeutes de revoir leurs tarifs à la baisse «pour correspondre aux conditions du marché». Si tel n'est pas le cas, leurs prestations ne seront pas remboursées. Paru le 23 août.
Plus...