La formation des garagistes roule vers le Parc scientifique

Yverdon-les-BainsA l’étroit dans ses murs désuets du futur quartier Gare-Lac, l’Union professionnelle suisse de l’automobile va construire et déménager à Y-Parc.

La section vaudoise de l'UPSA devrait quitter le futur quartier Gare-Lac pour s'installer à Y-Parc d'ici le deuxième semestre 2020.

La section vaudoise de l'UPSA devrait quitter le futur quartier Gare-Lac pour s'installer à Y-Parc d'ici le deuxième semestre 2020. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Et de trois! Un gros mois après l’annonce de l’arrivée prochaine de la biopharma américaine Incyte, cinq jours après celle du fabricant d’instruments de mesure de précision vaudois Sylvac, la Ville d’Yverdon et Y-Parc SA ont communiqué lundi que la section vaudoise de l’Union professionnelle suisse de l’automobile (UPSA) allait elle aussi construire sur le site du Parc scientifique et technologique (PST). À l’étroit dans ses vétustes locaux situés à l’autre bout d’Yverdon, l’UPSA a signé une promesse de vente et d’achat pour un terrain de 8000 m2. Coût de la transaction immobilière, qui reste à concrétiser? Quinze millions de francs, somme qui inclut la réalisation de ce centre de formation duale et continue. «La vente de la parcelle que nous possédons actuellement sur le site de Saint-Roch nous aidera à financer une opération pour laquelle nous comptons aussi sur l’aide du Canton, de la Confédération, notamment», souligne Nicolas Leuba, président de la section vaudoise de l’UPSA. Le calendrier prévoit une mise à l’enquête du projet d’ici à une année. La construction du centre devant durer 18 mois environ, le site devrait en principe être prêt pour la rentrée de septembre 2020 des 1000 apprentis et étudiants qui fréquentent le centre sur l’année.

L’arrivée d’un centre de formation sur un site à vocation «scientifique et technologique» peut surprendre. «Mais l’UPSA, n’est pas seulement une école. C’est un centre étroitement lié à la recherche, et à la formation évidemment. Le dossier est passé devant notre commission d’éligibilité qui a conclu qu’il était en totale adéquation avec l’esprit du parc. Ce n’est pas un garage qui s’installe à Y-Parc», répond le syndic d’Yverdon et président du conseil d’administration d’Y-Parc SA, Jean-Daniel Carrard. Nicolas Leuba a son explication: «Pour faire face à l’avenir de notre métier, nous devons pouvoir disposer de salles de classe modernes et mieux adaptées aux défis technologiques qui nous attendent. Difficile de parler d’automobile aujourd’hui sans penser véhicules hybrides, à hydrogène ou même voitures sans chauffeur.» Le garagiste d’aujourd’hui a de moins en moins les mains dans le cambouis. Directeur du centre UPSA d’Yverdon, Philippe Monnard confirme en rappelant qu’un nouveau métier a fait son apparition voilà dix ans: mécatronicien en automobile. «Un métier dont le nom combine ces trois volets: la mécanique, l’électronique et l’informatique.» (24 heures)

Créé: 18.12.2017, 21h46

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Publié le 20 septembre 2018.
(Image: Bénédicte) Plus...