Un futur temple de la «médecine intégrative» se dessine à Estavayer

BroyeL’agrandissement du centre de Santé La Corbière pour plus de 20 millions de francs permettra de développer ses activités en pleine expansion.

Une piscine, un SPA, des cabinets médicaux et une quarantaine de chambres pour les patients seront construits d’ici à 2019 sur le site de la Corbière, à Estavayer-le-Lac (FR)

Une piscine, un SPA, des cabinets médicaux et une quarantaine de chambres pour les patients seront construits d’ici à 2019 sur le site de la Corbière, à Estavayer-le-Lac (FR) Image: LDD

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Les chiffres sont là. L’an dernier, les activités du Centre de santé La Corbière ont augmenté de 20% pour atteindre plus de 26 000 consultations. Trop à l’étroit dans ses murs qui dominent majestueusement le lac de Neuchâtel dans un cadre verdoyant, la société Coralisa SA s’est lancée dans un vaste projet d’agrandissement du centre qu’elle exploite. Objectif: construire un nouveau bâtiment de soins pour y développer de nouvelles activités. Notamment, celle de la réhabilitation oncologique.

«Par cette approche, on peut aussi bien vous proposer des antibiotiques «classiques» ou une chimio avec de l’homéopathie ou de l’acupuncture en appoint. C’est cette complémentarité qui est efficace»

«Cette construction nous permettra d’offrir un accompagnement médical et l’hébergement aux patients touchés par un cancer. Le tout dans une optique de médecine intégrative», explique Patrick Sierro, nouveau directeur général de La Corbière. La médecine intégrative désigne le recours simultané à la médecine conventionnelle et aux médecines dites «alternatives». Le courant est en vogue dans les hôpitaux. «Par cette approche, on peut aussi bien vous proposer des antibiotiques «classiques» ou une chimio avec de l’homéopathie ou de l’acupuncture en appoint. C’est cette complémentarité qui est efficace. La bonne méthode pour soigner le bon problème», illustre le directeur.

Pionnier en Suisse

Ce type d’approche est déjà appliqué à La Corbière depuis longtemps dans quatre domaines: la nutrition, la réhabilitation physique, la psychiatrie et la médecine de la femme. La réhabilitation oncologique sera donc le cinquième pilier. «Cette prise en charge pour les patients cancéreux fait défaut actuellement, explique Patrick Sierro. Il existe des prises en charge pour des soins thérapeutiques aigus, pour un accompagnement à domicile ou pour des soins palliatifs. Mais il manque une offre pour la réhabilitation oncologique. Nous allons y remédier.»

La Corbière veut être pionnière en Suisse sur ce terrain et envisage déjà de collaborer avec des hôpitaux romands pour accueillir de tels patients. Pour cela, Coralisa SA va investir 22,5 millions de francs dans la construction d’un nouveau bâtiment accolé au bâtiment existant. Ce montant comprend les premiers aménagements du vaste jardin entourant cette propriété isolée à l’extérieur d’Estavayer-le-Lac (FR).

Une formation reconnue

Le projet immobilier est déposé, il attend son permis de construire. D’ici à janvier 2019, le futur bâtiment ajouré de bois et de verre permettra d’accueillir plusieurs nouveaux cabinets, une quarantaine de chambres pour les patients, une salle de fitness, une piscine, un spa et un restaurant. Les fameux jardins ont fait l’objet d’un concours de réaménagement: ils seront axés sur la biodiversité et l’agroécologie. Quant au château de La Corbière, il a été racheté au mois de janvier par la société Sharings SA, en mains de l’ex-homme d’affaires belge André Marchandise. Celui-ci est par ailleurs actionnaire majoritaire de Coralisa SA, dont il est aussi président du conseil d’administration. Sharings possède les murs, Coralisa se charge de l’exploitation.

«Nous envisageons également de créer une formation pour les professionnels sur la prise en charge d’un patient dans une optique de médecine intégrative»

Le château sera intégré au concept pour y accueillir un centre administratif et des salles de cours et de séminaires. Le Centre propose déjà une large palette de cours, d’ateliers, de conférences et de séminaires. Ils seront développés. «Nous envisageons également de créer une formation pour les professionnels sur la prise en charge d’un patient dans une optique de médecine intégrative. Ce serait assez léger, mais cela fixerait des processus communs pour tout le monde qui seraient validés par une attestation», explique Yann Vaucher, consultant pour Coralisa SA.

Actuellement, La Corbière compte une trentaine de collaborateurs: médecins, thérapeutes, assistants ou membres du personnel administratif. Leur nombre va plus que doubler avec la future extension. (24 heures)

Créé: 09.11.2016, 08h59

Centre de santé depuis plus de 20 ans

Le Centre de santé La Corbière a été fondé en 1995 par le Dr François Choffat et son épouse, Catherine. Pacifiste, adepte de Gandhi et de la non-violence, le Dr Choffat crée un centre holistique, adjectif qui signifie que l’humain est considéré dans sa globalité. A La Corbière, le Dr Choffat s’installe dans l’ancien internat des pères missionnaires de saint François de Sales. Cet institut a vu passer des générations de jeunes entre 1946 et 1987. Le centre médical va fonctionner jusqu’en 2006, quand un incendie criminel stoppe net ses activités. Il faudra près de trois ans de travaux et 2,5 millions pour que l’institution rouvre ses portes en 1999. De son côté, le château de La Corbière, voisin du centre de santé, est en mains privées. En 2013, il est transformé en hôtel et restaurant. Il ferme en 2015, avant d’être racheté en 2016 par Sharing SA pour rejoindre Coralisa SA.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.