Le Galetas de la Broye va faire peau neuve

PayerneLe centre social protestant entend développer ses activités en exploitant l’entier de son bâtiment, dont la transformation est à l’enquête.

Le centre social protestant vaudois prévoit de revoir totalement son bâtiment abritant le Galetas de la Broye, à Payerne.

Le centre social protestant vaudois prévoit de revoir totalement son bâtiment abritant le Galetas de la Broye, à Payerne. Image: Sébastien Galliker

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

«Avec ce chantier, le Centre social protestant (CSP) démontre sa volonté de s’implanter de manière plus visible et surtout dans la durée dans la région broyarde.» Directrice du CSP Vaud depuis le début de l’année, Bastienne Joerchel se réjouit de la mise à l’enquête, depuis mardi, d’un important projet pour l’institution, à la rue des Terreaux, à Payerne. Pour un montant légèrement supérieur à 2 millions de francs, le CSP entend démolir une annexe de sa grange abritant le Galetas de la Broye pour y aménager de nouvelles places de parc et surtout valoriser le bâtiment principal. Outre une aide financière de la Loterie Romande, le CSP entend lancer une recherche de fonds locale ces prochaines semaines pour faire face à l’investissement.

À terme, le magasin de seconde main occupera toujours le rez du bâtiment, mais la surface perdue avec la démolition de l’annexe sera compensée au premier étage, où un local de tri sera aussi aménagé. Sur les surfaces restantes, le CSP compte réunir ses activités de consultation (sociale, familiale et pour les migrants) actuellement disséminées en divers lieux en ville. Enfin, deux appartements familiaux à loyers abordables sont prévus sous les combles pour exploiter l’intégralité du volume.

À l’étude depuis cinq ans, le chantier fait suite à l’observation d’infiltration d’eau en toiture. Il entraînera la fermeture provisoire du Galetas de la Broye pour trois mois dès juillet 2018. Même si les opérations de ramassage des produits offerts se poursuivront toute l’année, une grosse opération de déstockage est prévue au printemps prochain. Dirigée depuis dix ans par Éric Schaffter, la structure fonctionne grâce à l’engagement de treize bénévoles et de deux employés, représentant 1,6 équivalent plein-temps. Elle réalise un tiers de son chiffre d’affaires sur les ventes de meubles, un autre tiers grâce aux habits, le reste se divisant entre divers secteurs. À terme, l’ambition est de développer les ventes et le bénéfice, qui permet de financer diverses activités gratuites proposées par le CSP. «Le magasin sera nettement plus visible avec une entrée donnant directement sur la rue passante. C’est un projet unique dans une vie professionnelle», s’enthousiasme le responsable. (24 heures)

Créé: 23.11.2017, 18h44

Articles en relation

Le Galetas d’Yverdon ferme ses portes

Magasin Clap de fin pour une véritable institution: le magasin de seconde main du Centre social protestant sera vidé le 29 mars Plus...

«Traiter les Compagnons d’affairistes, ça c’est un comble!»

Emmaüs Ils s’étaient engagés à débarrasser un appartement gratuitement à Lausanne, mais les héritiers de l’abbé Pierre ont présenté une facture salée. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

Laeticia et l'héritage de Johnny
(Image: Valott) Plus...