Grandcour recrée des habitats pour batraciens

BroyeLa commune broyarde participe à un projet de Pro Natura destiné à aménager des zones humides pour les grenouilles.

Image: Chris Blaser

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les grenouilles auront bientôt un endroit pour se reproduire à Grandcour. Des «étangs temporaires» dans la zone de Pré Bovet ont été mis à l’enquête cette semaine. Après Avenches, c’est ainsi une seconde commune broyarde qui participe à l’opération «Cités d’eau», mise en œuvre par Pro Natura et le Karch (Centre de coordination pour la protection des amphibiens et des reptiles de Suisse). L’urbanisation et le bétonnage qui va avec ont eu des conséquences néfastes pour les grenouilles, qui se reproduisent dans des zones humides. Selon l’association de défense de la nature, «90% des petits plans d’eau et marais ont été asséchés en près d’un siècle et plus de la moitié des populations de batraciens du Plateau ont disparu en 20 ans».

«90% des petits plans d’eau et marais ont été asséchés en près d’un siècle et plus de la moitié des populations de batraciens du Plateau ont disparu en 20 ans»

Pour inverser la tendance, Pro Natura et le Karch ont lancé en automne 2013 ce projet destiné à encourager et accompagner les communes pour aménager des zones humides. Certains amphibiens ont en effet besoin de petits plans d’eau pour se reproduire uniquement quelques mois par an. «Au Pré Bovet, les zones humides existantes se tarissent car le sol est perméable», explique Pro Natura sur son site. Un étang, équipé d’un système de vidange, sera réalisé sur un terrain appartenant au syndicat d’amélioration foncière de Grandcour-Forel. «Les amphibiens ont besoin d’être à l’abri du gel et de la chaleur, dans un milieu humide où l’on peut dénicher des insectes, expliquait dans nos colonnes Jérôme Pellet, docteur en biologie et coordinateur romand du Karch. Tout le monde pense que les amphibiens vivent dans les étangs, parce que c’est là qu’ils les voient, mais ils passent 95% de leur vie sur la terre ferme.»

D’autres petits aménagements – comme des tas de cailloux, de branchages ou encore de petites gouilles – seront réalisés en parallèle pour favoriser le retour des sonneurs à ventre jaune et des rainettes vertes. Le projet est soutenu financièrement par «Cités d’eau», indique Pro Natura sur son site.

Créé: 09.01.2015, 17h11

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.