Passer au contenu principal

À Grandson, le campus de la seconde chance soigne ses apprentis

Le Repuis redonne confiance à des jeunes qui n’ont pas leur place dans le système éducatif traditionnel. Reportage.

Le Vallorbier Franck Joye, 19 ans, se verrait bien ouvrir sa propre carrosserie dans quelques années.
Le Vallorbier Franck Joye, 19 ans, se verrait bien ouvrir sa propre carrosserie dans quelques années.
JEAN-PAUL GUINNARD

«Quand on s’intéresse au parcours de certains jeunes, on se demande comment ils font pour tenir encore debout.» Jeudi matin, Philippe Ambühl déambule d’un bâtiment à l’autre du campus du Repuis, un centre de formation professionnelle spécialisée à Grandson. Ateliers techniques, magasin de fleurs, salles de classe… Le directeur des lieux salue et appelle par leur nom toutes les personnes qu’il croise sur son chemin. Il ne cache pas sa fierté de montrer les moindres recoins où sont accueillis et formés ses petits protégés: des apprentis avec des difficultés cognitives, physiques, psychiques ou comportementales venus de toute la Suisse romande pour prendre un nouveau départ.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.