L’habitat adapté du futur sort de terre à Bellevue

Yverdon-les-BainsUn gros projet alliant entre autres 36 appartements protégés et un EMS prend forme sur la colline qui surplombe la ville.

La résidence Agate est l’œuvre du bureau IPAS Architectes. La vue reproduite sur cette image de synthèse ne correspond pas à la réalité puisque le bâtiment surplombera la ville et le lac.

La résidence Agate est l’œuvre du bureau IPAS Architectes. La vue reproduite sur cette image de synthèse ne correspond pas à la réalité puisque le bâtiment surplombera la ville et le lac. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L’imposant chantier qui a débuté en 2013 sur la colline de Bellevue avait défrayé la chronique l’an dernier, lorsque la rupture d’une conduite et l’affaissement de la route principale avaient semé l’émoi dans ce quartier d’Yverdon. L’incident est désormais oublié (lire ci-contre) . Sur ce terrain appartenant à l’Etat, la Fondation Saphir – incontournable acteur nord-vaudois du secteur médico-social – a sorti de terre le squelette de son nouvel immeuble: la Résidence Agate, dont la construction sera achevée en septembre.

Dans cette tour de sept étages à l’architecture originale, œuvre du bureau IPAS, sont prévus 36 appartements adaptés de 2 et 3 pièces, ainsi que deux colocations pour quatre et six personnes âgées. Les habitants auront accès à une médiathèque – où certains pourront se familiariser avec les appels vidéo par Skype pour dialoguer avec leurs petits-enfants par exemple – un fitness, un espace détente, une salle communautaire et une terrasse de 90 m2 offrant une magnifique vue sur le lac. Le CMS disposera d’un bureau dans l’immeuble, où sera aussi employée une personne chargée d’animer et de créer une vie sociale dans ce lieu.

Promouvoir la mixité
Du haut standing, est-on tenté de croire. «Notre politique est de promouvoir la mixité sociale et générationnelle», précise Klara Fantys, chargée de projet et responsable communication de la Fondation Saphir. «Certains appartements seront à loyer abordable, compatibles avec le fait de bénéficier de prestations complémentaires AVS/AI.» Par ailleurs, un grand appartement destiné à une colocation de sept étudiants est prévu au troisième étage.

La Résidence Agate est la première pièce d’un puzzle qui, assemblé, fera de la colline de Bellevue un pôle important en matière de logements pour personnes âgées. Bientôt seront lancés sur cette parcelle la construction d’un EMS de 56 lits et l’aménagement d’un Centre d’accueil temporaire de 12 places, qui devraient être inaugurés au printemps 2017. D’ici là, la Fondation Saphir aura déménagé ses bureaux dans la villa classée du site Bellevue. Tout cela représente un investissement de 40 millions, «dont 17 millions pour la Résidence Agate, la centrale de chauffe et le parking», note Klara Fantys.

Un concept global et réfléchi
«Ce projet sort de l’ordinaire à l’échelle de la région mais aussi du canton, commente Patrice Lévy, fondateur de la société de consulting APRESS SA (Analyses, projets et réalisations en santé sociale). Ce n’est pas une simple opération immobilière. Le concept est global, réfléchi. Il intègre toutes caractéristiques de l’habitat adapté tel qu’il doit être aujourd’hui en matière d’architecture mais aussi de prestations, de domotique.» L’expert loue aussi la «grande modernité» de la Résidence Agate, «qui correspond tout à fait aux nouvelles personnes âgées, lesquelles sont sensibles à cet aspect-là.» (24 heures)

Créé: 05.03.2015, 08h21

Accord à l'amiable pour l'éboulement

Le glissement de terrain de la route de Bellevue avait semé l’émoi il y a un an, sur la colline. Le 27 janvier 2014, la rupture d’une conduite d’eau juste au-dessus du chantier de la Fondation Saphir avait inondé celui-ci. La route avait été fermée de longs mois, le chantier avait été retardé et les habitants du quartier situé sur le flanc de la colline étaient peu rassurés par la situation.

La Ville a sorti dans l’urgence un demi-million de francs pour retaper les infrastructures abîmées, et devra encore cette année mener des travaux devisés à 800 000 francs. Cet investissement total de 1,3 million était déjà planifié mais devait intervenir dans quelques années.

Une expertise indépendante a dégagé les responsabilités dans cette affaire. Le chantier avait-il fragilisé la conduite, ou celle-ci avait-elle simplement cédé sous le poids des ans? La réponse exacte, sans doute nuancée, restera connue des seuls protagonistes de l’affaire, qui se sont entendus pour rester discrets sur le règlement de ce différend.

«La Municipalité ne communiquera pas sur ce dossier qui est clos depuis plusieurs mois», se contente de dire la municipale Marianne Savary. Directeur de la Fondation Saphir, André Allmendinger confirme que le rapport d’expertise n’a pas été contesté par les assureurs. «Ils se sont entendus sur un accord extrajudiciaire.»

Aucun tribunal n’a donc été saisi. Selon nos sources, la Commune s’en tire à bon compte puisqu’elle n’a pas eu à débourser un centime de dédommagement pour les conséquences de cet incident.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 19 décembre.
(Image: Bénédicte) Plus...