Les Habitats de la Prillaz sont prêts à sortir de terre à Estavayer

BroyeLe chantier de la première partie du grand quartier prévu à Estavayer-le-Lac pourrait démarrer sous peu. Il ne manque que le permis de construire.


Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

A terme, le projet de la zone d’habitation de la Prillaz pourrait faire croître la population d’Estavayer-le-Lac de près de 2000 habitants. Les constructions de deux secteurs, sur les huit que compte la zone, ont été mises à l’enquête au mois de février dernier. Le chantier des treize immeubles de ces zones pourrait commencer en novembre, à condition que le permis de construire soit délivré à temps.

«Nous avons traité les oppositions au projet au niveau communal, le dossier est désormais au Service des constructions et de l’aménagement à Fribourg», explique André Losey, syndic d’Estavayer-le-Lac.

Quinze ans de travaux
La réalisation des 45 immeubles de cette vaste parcelle (100'000 m²), située entre la route de Grandcour et la route de Tousvents, s’étalera sur une quinzaine d’années. Les budgets pour la construction des bâtiments sur ces deux premières zones sont estimés à 35 et 42 millions de francs. Ces immeubles de deux à quatre étages compteront des appartements de 2,5 à 4,5 pièces, une partie en vente et l’autre à louer.

La population staviacoise a fortement augmenté ces quinze dernières années (28% de plus entre 2000 et 2013). La Commune, qui participe au projet à hauteur de 10%, a souhaité le développer pour répondre aux besoins.

Créé: 14.10.2014, 17h36

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.