Passer au contenu principal

L’hécatombe se poursuit à la Municipalité de Missy

Tiffany Buffier et Gérard Blanc ont annoncé lundi dernier qu’ils renonçaient à leur mandat avec effet au 30 avril. Ce sont les cinquième et sixième démissions en deux ans.

La Municipalité de Missy ne compte plus un seul de ses élus de 2016.
La Municipalité de Missy ne compte plus un seul de ses élus de 2016.
GOOGLE STREET VIEW

Laura Jutzi, Fabrizio Ilardo, Gérard Blanc, Thierry Graf et Gilles Truchot. Élu par la population de Missy, c’est ce quintet qui était assermenté au printemps 2016 par le préfet de la Broye pour composer la Municipalité du village pour cinq ans. Mais, depuis vendredi matin et l’entrée en force de la démission de Gérard Blanc, plus aucun membre de cet Exécutif n’est en fonction. Si l'on y ajoute le fait que ce retrait s’est fait conjointement et de manière concertée avec celui de Tiffany Buffier, la législature en cours ressemble à une hécatombe pour les Missiriens, déjà rappelés quatre fois aux urnes pour repourvoir des sièges vacants, la dernière fois en février.

«Nous n’avons pas les mêmes vues que la nouvelle Municipalité»

Six démissions en vingt-cinq mois: vous avez dit malaise, même si la première de cette longue série – celle de Laura Jutzi en mars 2018 – l’a été pour cause de changement de commune? Entrée en fonction par le biais d’une élection complémentaire, Tiffany Buffier n’est pas si catégorique. Mais ses mots en disent tout de même long. «Je ne suis pas en mauvais termes avec les nouveaux élus, mais la Municipalité a changé et sa manière de fonctionner n’est pas la mienne ni celle de Gérard Blanc.»

L’ancien municipal des Bâtiments, en fonction depuis neuf ans, l’affirme de manière encore plus directe: «Nous n’avons pas les mêmes vues que la nouvelle Municipalité en place.» Quoi qu’il en soit, les deux dernières démissions l’ayant été avec effet immédiat, l’Exécutif de Missy devra fonctionner pendant plusieurs semaines à trois, comme il avait déjà été contraint de le faire l’automne dernier. «Ce n’est évidemment pas idéal, mais pour gérer les affaires courantes, ça va aller», concède Olivier Thévoz, syndic élu en novembre.

Une double élection complémentaire est prévue le 21 juin, avec un délai fixé au 25 mai pour le dépôt des listes. Toutefois, bien que Missy soit une commune à Conseil général, il se pourrait que ce scrutin soit tacite, compte tenu des circonstances particulières liées au coronavirus. Mais pour cela il faudrait que le nombre de candidats soit égal au nombre de postes vacants.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.