Des heures de travail pour quelques minutes de gloire

PayerneTreize chars et groupes défileront dimanche à l’occasion des Brandons. Les Bibis y fêteront un double anniversaire.

Les Bibis construisent leur char dans une halle mise à disposition des participants au cortège par le comité des Brandons, à Fétigny.

Les Bibis construisent leur char dans une halle mise à disposition des participants au cortège par le comité des Brandons, à Fétigny. Image: JEAN-PAUL GUINNARD

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Les chars du cortège sont aux Brandons de Payerne ce que le sucre est à la barbe à papa. Et quand on connaît l’attachement des Payernois à leur Carnaval, il est facile de comprendre pourquoi depuis des années des groupes de copains se dépensent sans compter pour une parade de quelques heures dans les rues du centre-ville. Pour les Bibis, le défilé de dimanche aura une saveur encore plus particulière.

Fondés en septembre 2008, ils fêtent cette année leurs 10 ans et leur 10e char. «En février 2009, on brocardait le naufrage du Stade-Payerne, qui venait de tomber en 2e ligue régionale de foot», se souvient Julien Huguet. Un choix particulier dans le sens où plusieurs parents des Bibis étaient membres du club de foot. «Et on y était presque tous liés pour y avoir joué», reprend-il. Pour lui, c’est sans doute ce premier char qui a le plus marqué les esprits. «Peut-être avec celui de l’année dernière sur le burkini», note Benjamin Ruch.

Un œil sur les slogans

Ce second exemple atteste qu’un char n’est pas forcément lié à une actualité brûlante. Ce serait difficile: les groupes doivent annoncer leur thème six mois avant le cortège aux organisateurs, qui gardent un «droit de regard» sur la proposition. «C’est surtout au niveau des slogans peints sur les bords qu’ils gardent un œil attentif», sourit Julien Huguet.

Les inscriptions font le lien entre le thème retenu et Payerne. Le jeu est de parvenir à s’y montrer piquant sans être méchant. Comme doivent l’être les Barbouilleurs qui taguent les vitrines des commerces la nuit précédant la fête. Cet exercice délicat, les Bibis le maîtrisent plutôt bien. «Le Comité des masqués (CDM) ne nous a refusé qu’une seule fois un slogan», souligne Benjamin Ruch. Question d’habitude? Peut-être. Mais si le jeu n’est pas aisé, ce n’est pas non plus ce qui accapare le plus la vingtaine de Bibis. «Les gens pensent qu’on ne fait que boire des verres, mais monter un char c’est énormément de travail», affirme Julien Huguet.

Pendant plus de trois mois le groupe y passe son mercredi soir et son samedi matin. «La dernière semaine, on y est presque tous les soirs pour les finitions», reprend Benjamin Ruch. La qualité du cortège annuel a son prix. Et des retombées que les organisateurs ont bien comprises. Car si les chars ne sont pas récompensés en argent, leur coût est en principe intégralement pris en charge par le CDM. De plus, les organisateurs mettent depuis des années à disposition un hangar à l’abri duquel les groupes montent leur char. «La seule chose qu’on doit payer de notre poche, ce sont les éventuels dépassements du budget qui nous est alloué», souligne Julien Huguet. Un montant qui se monte à quelques milliers de francs.

Pour découvrir le résultat de ces heures de travail, il y a bien évidemment le cortège. Mais il est aussi possible d’aller admirer les chars quelques heures plus tôt, après le concert-apéritif des Guggenmusik. L’heure est idéale pour déguster la raclette que les Bibis offriront si le temps s’y prête. À l’occasion de leur double 10e, ils ont même fait venir de Charmey quatre cors des Alpes et un lanceur de drapeaux. De quoi donner encore plus de sens à la thématique qu’ils ont choisie: «Les Bibis font du ski». (24 heures)

Créé: 13.02.2018, 18h24

Programme

Vendredi
Ouverture des bars et concert des Guggenmusik (dès 20 h 08) sur la place Paray-le-Monial

Samedi
Lâcher de ballons devant le centre Coop (11 h 28), cortège des enfants (14 h 48), concert des Guggenmusik à la Halle des Fêtes (16 h 08) et en ville (20 h 48), soirée spéciale disco avec Ottawan et Alain Llorca (ex-musicien de Gold), accompagnés par l’Orchestre Les Méditerranéens (22 h 08) à la Halle des Fêtes

Dimanche
Fermeture de la ville et apéro-concert des Guggenmusik sur la place Paray-le-Monial (9 h 58), cortège (14 h 28), concert des Guggenmusik payernoises sur la place Paray-le-Monial (16 h 28), disco gratuite à la Halle des Fêtes (17 h 48)

Lundi
Cortège des Tumulus (14 h 08), Nuit des chineuses, dans les bistrots de la ville (dès 21 h 08).

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.