De Hollywood à Yverdon, une passion onéreuse

CollectionJulien Zbinden est un passionné de cinéma. Il n’hésite pas à débourser des sommes folles pour en acheter des reliques.

Julien Zbinden a commencé sa collection en septembre 2015. Depuis, il a acheté une vingtaine d’accessoires de films sur Internet.

Julien Zbinden a commencé sa collection en septembre 2015. Depuis, il a acheté une vingtaine d’accessoires de films sur Internet. Image: Philippe Maeder

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Des griffes du personnage de fiction Wolverine accrochées sur un poing américain, des masques originaux et des répliques en mousse du film «The Mask» dont le héros est joué par Jim Carrey, un sabre laser utilisé dans «Star WarsVII» et dédicacé par l’actrice Daisy Ridley… Le salon de Julien Zbinden, 29 ans, est un véritable petit musée regroupant, sous des cloches de verre, les objets des films qu’il affectionne particulièrement.

Au total, le mordu de cinéma affiche fièrement sur les murs de son appartement yverdonnois une vingtaine de pièces de collection. «J’ai regardé «The Mask» quand j’étais enfant et j’ai eu envie de posséder celui qu’utilisait Jim Carrey dans le film, explique le jeune homme, qui travaille dans la vente. Et depuis quelques années, j’ai commencé à sérieusement chercher ce genre d’accessoires.» Si, initialement, le collectionneur comptait acheter uniquement quelques objets relatifs au film qui a marqué son enfance, il a rapidement attrapé le virus des enchères virtuelles. «Je me suis procuré ma première pièce en septembre 2015 après plusieurs semaines de négociation, détaille Julien Zbinden. Et on y prend rapidement goût. C’est très simple: on se connecte sur les sites Internet de référence et on donne un prix.»

Il faut dire que le passionné ne fait pas les choses à moitié. En témoigne son autre péché mignon, la musique, qu’il a dans la peau. En effet, Julien Zbinden s’est fait tatouer sur un bras les dédicaces de Kiss au complet et sur l’autre, celle d’Alice Cooper. Enfin, les paraphes des membres du groupe Metallica décorent son dos depuis leur venue à Palexpo la semaine dernière.

Plus de 40'000 francs

La valeur des accessoires de films peut, selon plusieurs critères comme la rareté ou la célébrité des acteurs qui les ont utilisés, atteindre des sommets. «Mon objet qui vaut le plus cher est un masque original de Jim Carrey, dit en souriant Julien Zbinden. Je l’ai payé plus de 10'000 francs. Cela dit, je n’ai aucune dette. Je n’achète que si j’en ai les moyens.»

Sa collection complète avoisinerait même les 45'000 francs. Mais comment être sûr, à ce prix-là, que les acheteurs n’enchérissent pas pour des pâles copies vendues par des gens peu scrupuleux? La réponse se trouve dans les nombreux classeurs de Julien Zbinden, qu’il chérit plus encore que ses précieux accessoires. Quantité de certificats d’authenticité y sont rangés soigneusement dans des fourres en plastique.

«Sur les plateformes officielles, on reçoit toujours des documents qui prouvent que les objets sont des vrais», affirme Julien Zbinden en regardant le macaron doré estampillé sur un de ces certificats. Toutefois, lorsque le passionné n’achète ses trésors ni à un musée ni sur un site reconnu, il se peut qu’il doive uniquement se fier à son expertise.

«Certaines fois, des certificats d’authenticité n’ont pas été établis, concède Julien Zbinden. Mais je ne passe commande que chez des particuliers qui peuvent prouver l’origine de leurs accessoires, comme des anciens collaborateurs des films en question.»

Dans tous les cas, l’Yverdonnois accro au cinéma, qui dit vouloir limiter ses achats pendant un certain temps, espère bien compléter sa collection: «J’ai cinq masques du film éponyme sur une série unique de quinze. J’aimerais vraiment posséder les dix autres pièces.» (24 heures)

Créé: 17.04.2018, 07h06

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

Pro Infirmis aide à reconnaître les artistes handicapés. Paru le 24 avril 2018
(Image: Bénédicte) Plus...