Horaire étendu pour sauver le commerce à Yverdon

Nord vaudoisLes magasins pourront ouvrir jusqu'à 18h le samedi. Le syndicat Unia grogne. Un commerçant livre son analyse.

Le commerce va mal à Yverdon: les fermetures définitives se sont multipliées ces derniers mois.

Le commerce va mal à Yverdon: les fermetures définitives se sont multipliées ces derniers mois. Image: Jean-Paul Guinnard

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La Municipalité d’Yverdon-les-Bains a fini par trancher: les commerces de la ville pourront rester ouverts jusqu’à 18h le samedi, soit une heure de plus, afin de les mettre sur pied d’égalité avec les magasins des communes environnantes. En guise de compensation, l’heure de fermeture le vendredi a été ramenée de 19 h 30 à 18 h 30, comme l’indique le communiqué publié lundi.

«C’est une longue histoire», explique Jean-Daniel Carrard. Le syndic rappelle que les discussions avec la Société industrielle et commerciale d’Yverdon, Grandson et environs (SIC) et le syndicat Unia datent d’une quinzaine d’années. «Dès mon arrivée à l’Exécutif en 2002, j’ai tenté de trouver un point de convergence afin de favoriser la pratique commerciale à Yverdon.»

Efforts infructueux

Ces bons offices n’ont pas permis de surmonter les divergences entre les commerçants – qui souhaitaient des horaires étendus et plus souples – et le syndicat – qui voulait obtenir une convention collective de travail. «Les grandes surfaces, en particulier, ne voulaient pas entendre parler d’une telle CCT régionale car elles ont déjà des accords de portée nationale», précise Jean-Daniel Carrard.

En accédant à la syndicature en 2015, le libéral-radical a relancé le dossier. «C’est un secret pour personne, le commerce se porte mal au centre d’Yverdon. Outre la concurrence des grandes surfaces établies en périphérie, il doit affronter désormais les achats transfrontaliers et sur Internet», rappelle-t-il.

La Municipalité a remis la question sur la table fin 2015 en demandant aux acteurs de procéder à une consultation. «Unia a répliqué par une pétition et la SIC n’a pas donné une réponse très claire.» Afin d’éviter un nouvel enlisement, l’Exécutif a décidé d’entériner la proposition d’il y a deux ans. «Nous avons voulu prendre nos responsabilités. Cette mesure permet aux commerces de s’adapter aux nouvelles habitudes des consommateurs tout en maintenant la durée de travail du personnel», conclut le syndic. La modification a été approuvée par le Département vaudois des institutions et de la sécurité.

«Nous sommes très fâchés.» Responsable du secteur tertiaire à Unia Vaud, Dominique Fovanna dénonce un fait accompli. «La Municipalité n’a pas répondu à notre pétition de 1920 signatures», déplore la syndicaliste, en rappelant que l’opposition était partie des vendeuses, qui avaient récolté beaucoup de paraphes auprès de la clientèle. «Travailler une heure de plus le samedi, c’est empiéter sur le repos du week-end. La réduction de l’horaire du vendredi ne change pas grand-chose», explique Dominique Fovanna. Le syndicat va procéder maintenant à une consultation de la base.

Alexandre Mauri, qui exploite un magasin de chaussures et une boutique de mode à la rue du Lac, juge la nouvelle «ni bonne ni mauvaise. A partir de 16 h, le samedi, le centre se vide car les clients partent à Chamard. On verra si la fermeture à 18 h change quelque chose.» Selon les échos recueillis par ce commerçant à Lausanne, cette heure supplémentaire le samedi en fin d’après-midi serait bénéfique surtout pour les petites enseignes situées à proximité des grands magasins. «Par contre, je suis convaincu que cette mesure n’aura aucun effet sur le tourisme d’achat.»

Alexandre Mauri se dit prêt à jouer le jeu en travaillant une heure de plus avec sa femme. «Si c’est la ruée, je regarderai avec mes collaboratrices pour modifier leurs horaires. Mais, pour elles, la mesure ne sera pas facile à accepter.»

Il n’a pas été possible de recueillir la réaction de la SIC et des grands magasins lundi.

Créé: 09.05.2017, 08h54

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 22 août 2019
(Image: Bénédicte ) Plus...