L'horaire du samedi s'invite au Conseil d'Yverdon

Yverdon-les-BainsLa prolongation de l'ouverture des magasins a mobilisé une poignée de manifestants avant la séance du délibérant.

La redynamisation des commerces au centre d'Yverdon-les-Bains préoccupe la Municipalité depuis une bonne décennie.

La redynamisation des commerces au centre d'Yverdon-les-Bains préoccupe la Municipalité depuis une bonne décennie. Image: Jean-Paul Guinnard

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Rester ouvert le samedi jusqu’à 18h ne fait pas que des heureux à Yverdon. Alors que la mesure commence à peine à être appliquée, une vingtaine de personnes ont manifesté jeudi soir avant le Conseil communal à l’appel du syndicat Unia. Durant la séance, le socialiste Julien Wicki a dénoncé une «décision unilatérale de la Municipalité», qui aboutit à une dégradation des conditions de vie du personnel. Il s’est étonné que l’Exécutif n’ait pas répondu à la pétition déposée par Unia en 2015 ni aux demandes de rencontre du syndicat.

Le syndic, Jean-Daniel Carrard, est revenu sur la longue saga des efforts de la Municipalité pour dynamiser le commerce à Yverdon-les-Bains. «Depuis mon arrivée à l’Exécutif en 2002, j’ai participé à plusieurs séances par an avec Unia et la SIC. Ces contacts n’ont pas permis de faire avancer le dossier.»

En accédant à la syndicature en 2015, le libéral-radical a voulu relancer le dialogue. Mais les discussions ont à nouveau échoué sur l’exigence d’Unia d’une CCT générale et l’opposition des grandes enseignes qui offrent déjà des conditions analogues. «Nous avons donc proposé de réduire l’horaire d’une heure le vendredi et de le prolonger d’autant le samedi, une heure jugée très importante par les commerçants», a expliqué Jean-Daniel Carrard au Conseil.

«La Municipalité s’est découragée et a décidé d’agir seule»

Unia et la SIC ont été invités alors à consulter leur base. Le syndicat a répondu par la pétition évoquée par l’interpellateur et la SIC n’a pas donné de réponse claire. «A ce stade, la Municipalité s’est découragée et a décidé d’agir seule», a reconnu le syndic. Qui prend bonne note de la lettre remise quelques minutes plus tôt par Unia, qui invite à la reprise du dialogue social. «Pourquoi pas? Mais j’attends des acteurs qu’ils viennent avec des solutions, pas seulement avec des blocages. Le nouvel horaire a été validé par le Canton, il est en vigueur. S’il y a esprit d’ouverture, nous pourrons nous mettre ensemble pour tirer un bilan.»

Inscrits à l’ordre du jour, les comptes et la gestion ont été approuvés sans grande discussion. Concernant les crédits additionnels 2017, des conseillers se sont émus d’une rallonge de 40 000 francs pour l’engagement d’un chef du Service de l’urbanisme et des bâtiments. Le syndic a rappelé qu’il s’agissait précisément d’une mesure voulue par le Conseil après l’explosion des coûts de la rénovation du Théâtre Benno Besson.

Lors du renouvellement du bureau pour 2017-2018, l’UDC Pascal Gafner a été brillamment élu à la présidence.

Créé: 16.06.2017, 21h31

Articles en relation

Horaire étendu pour sauver le commerce à Yverdon

Nord vaudois Les magasins pourront ouvrir jusqu'à 18h le samedi. Le syndicat Unia grogne. Un commerçant livre son analyse. Plus...

L’horaire des magasins remis en question à Yverdon

Politique La Ville doit décider sous peu si elle autorise les commerces à ouvrir jusqu’à 18 h le samedi au lieu de 17 h. Terrain miné. Plus...

L'extension des horaires commerciaux fait à nouveau débat

Yverdon-les-Bains Les commerçants d'Yverdon ont plaidé pour une extension de leurs heures d’ouverture le samedi. Le syndicat Unia s’y oppose. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.