«J’ai l’impression qu’elle est en vacances et qu’elle va revenir»

Broye (FR) Les proches de Samantha racontent la dernière journée de la jeune femme retrouvée morte dans la Grande Cariçaie.

Le corps de la jeune femme a été retrouvé dans la roselière de la Grande Cariçaie, à Cheyres

Le corps de la jeune femme a été retrouvé dans la roselière de la Grande Cariçaie, à Cheyres Image: Florian Cella

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La jeune femme retrouvée morte mercredi dans la Grande Cariçaie à Cheyres (FR) était une Genevoise domiciliée au Lignon. Il y a deux mois jour pour jour, elle était venue dans le village de la Broye à la demande d’un ami d’enfance, qui y vit depuis plusieurs mois. C’est lui qui a été interpellé et placé en détention préventive par la police vendredi. Contactés hier, la famille et les proches de la victime âgée de 19 ans sont sous le choc. Sa grand-mère et sa meilleure amie ont toutefois accepté de témoigner, de faire part de leur infinie tristesse.

«Depuis sa disparition, il y a deux mois, je poussais la police pour accélérer les recherches. J’avais un mauvais pressentiment, concède Irène, sa grand-maman. Je n’ai jamais cru à la thèse de la fugue. Samantha ne demandait qu’à vivre et aujourd’hui elle n’est plus parmi nous. D’imaginer ce qu’on a pu lui faire est insupportable.»

Le corps de la victime ligotée a été retrouvé par un promeneur dans un état avancé de décomposition. L’expertise, mandatée par la justice fribourgeoise, est toujours en cours. Mais selon la police fribourgeoise, le décès remonte à plusieurs semaines. Les premières investigations ont mené les enquêteurs vers une piste «sérieuse» et l’arrestation d’un suspect de 21 ans travaillant dans un restaurant de Cheyres. Le motif du crime serait-il crapuleux? Amoureux? Présumé innocent, le Genevois, qui a connu la victime à l’école, conteste les faits reprochés. Contactés lundi, la police cantonale fribourgeoise et le procureur en charge de cette pénible affaire ne veulent pas en dire davantage pour le moment.

Police alertée le lendemain

Les investigations ne font que démarrer. Que s’est-il passé le 22 novembre, jour de la disparition de la victime? Irène, 70 ans, et Atoussa (20 ans) détiennent une partie de la réponse. Durant la journée, la jeune habitante du Lignon fait du shopping à Genève avec cette dernière, sa meilleure amie. De retour à la maison, elle dépose le sac d’habits dans sa chambre et sort manger avec sa copine. Les deux habitantes du Lignon évoquent, durant cette journée grise, leur futur voyage en Espagne. Une semaine au soleil prévue en février, précise Irène: «Ce soir-là, Samantha avait rendez-vous avec ce jeune homme du Lignon qui travaille dans un restaurant au bord du lac de Neuchâtel. Ils se connaissent du quartier depuis des années, mais cet homme n’était pas son amoureux, tient à préciser la retraitée. L’amie de ma petite-fille l’a accompagnée à la gare Cornavin vers 22 h.»

Puis… plus rien, ou presque. À 23 h, Atoussa reçoit un message de son amie lui disant qu’elle est dans le train pour Cheyres. Le dernier SMS avant le silence radio. Le lendemain, la jeune femme va donc rapidement contacter Irène, très proche de sa petite-fille. C’est d’ailleurs elle qui alerte la police. «Plus tard, j’ai su que les policiers avaient fouillé la chambre de ce garçon sans rien y trouver, reprend Irène. Je ne sais pas ce qui s’est passé mais la vérité doit sortir. Je veux savoir. Nous devons savoir. Mourir après un accident c’est une chose. Être assassinée à 19 ans, c’est une abomination. La maman de Samantha est effondrée, son amie aussi.»

«Il voulait la voir»

Atoussa elle aussi accepte de témoigner. Exception faite du meurtrier présumé de Samantha, elle est sans doute la dernière personne à lui avoir parlé. Elle précise d’emblée connaître le suspect: «Tous les trois, on a grandi dans le même quartier et on a été ensemble à l’école dès la primaire. C’était un copain, mais en aucun cas son chéri.» Les sentiments de ce dernier pour la défunte étaient cependant autres selon la jeune femme. «Samantha m’avait dit qu’il lui avait fait part des sentiments qu’il avait pour elle. Il y a environ un an, il lui avait avoué qu’il était prêt à quitter sa copine pour elle.» Est-ce pour lui réaffirmer son amour qu’il a contacté Samantha ce funeste mercredi soir? Atoussa n’en sait rien. Et peut-être que Samantha ne le savait pas non plus. «Il voulait la voir et elle s’est déplacée. Elle était comme ça, prête à traverser la Suisse pour voir ses amis. Mais Samantha n’avait pas l’intention de rester là-bas, je pense, parce qu’elle n’avait pas d’autres affaires que son sac à main et un porte-monnaie.»

Et puis, quelque chose interpelle Atoussa: «Lui, elle ne le voyait pas très souvent et ça m’a fait bizarre quand elle m’a dit qu’elle allait se rendre à Cheyres.» D’autant plus qu’en montant dans le train à Cornavin, Samantha glisse à son amie que si elle n’est pas rentrée avant 1 h 30 du matin, c’est qu’il lui est arrivé quelque chose. «Mais elle me l’a dit de manière un peu ironique, alors je ne l’ai pas pris sérieusement sur le moment…» Deux semaines après la disparition de Samantha, Atoussa se rend sur place avec un proche âgé d’une quarantaine d’années, convaincue que c’est bien là-bas qu’il lui est arrivé quelque chose. Ensemble, ils posent des avis de disparition au village et dans les environs. Et se rendent dans le restaurant où le suspect travaille. «J’avais besoin de lui parler.» Il leur répond qu’il a effectivement rencontré Samantha ce soir-là, puis qu’il l’a raccompagnée en direction de la gare, mais qu’à proximité du quai, il s’est retourné et qu’elle n’était plus là…

Croit-elle le jeune homme capable d’avoir attenté à la vie de sa meilleure amie? «J’hésite, je sais qu’il a donné deux autres versions… J’ai du mal à imaginer qu’il ait pu lui faire ça. Et pourquoi? Un accident, une dispute qui tourne mal? Il était trop possessif, jaloux peut-être.» Atoussa peine à réaliser le drame: «J’ai l’impression qu’elle est partie en vacances et qu’elle va revenir.» (24 heures)

Créé: 22.01.2018, 19h37


La jeune femme vivait au Lignon

Articles en relation

Genevoise de 19 ans tuée: la grand-mère témoigne

Fait divers La retraitée du Lignon a alerté la police au lendemain de la disparition de sa petite-fille. Plus...

Retrouvée morte et ligotée dans un marais

Cheyres Les membres de la Genevoise de 19 ans retrouvée mercredi étaient entravés. Un suspect sérieux, connaissance de la victime, a été identifié. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 13 décembre.
(Image: Bénédicte) Plus...