Passer au contenu principal

Jugée indésirable, une échelle à chat fait débat à Romainmôtier

L’escalier en colimaçon ne plaît pas à la Fondation de Romainmôtier propriétaire des lieux. Elle exige son retrait. L’artiste fait de la résistance.

Le chat Eliott dispose de son échelle particulière depuis le 25 mars.
Le chat Eliott dispose de son échelle particulière depuis le 25 mars.
PATRICK MARTIN

Haute de 4,60 mètres, en noyer, chêne et acier avec main courante, l’échelle en colimaçon fait quatre révolutions autour de son axe. Elle fait surtout le bonheur d’Eliott, le chat de Delphine André, qui peut ainsi musarder dehors à sa guise. Ce bel objet, installé le Vendredi-Saint, est au cœur d’une polémique à Romainmôtier. Car l’appartement de Delphine André et de son compagnon, l’artiste Jan Reymond, qui a construit l’échelle à chat, est niché au deuxième étage de la Porterie et donne sur la cour du Cloître ultraprotégée de l’abbatiale clunisienne. Le 31 mars, la Fondation de Romainmôtier, propriétaire des lieux, a ainsi ordonné par l’entremise de son avocat le retrait de l’installation «dans les dix jours».

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.