Passer au contenu principal

Des livres yverdonnois pour les élèves de Bouaké

La Librairie L’Étage, à Yverdon, récupère des ouvrages. Elle les enverra à Bouaké, en Côte d’Ivoire, où il n’y a «que 0,26 livre par élève».

Céline Besson, la gérante de la Librairie L’Étage, accepte les dons jusqu’à lundi prochain.
Céline Besson, la gérante de la Librairie L’Étage, accepte les dons jusqu’à lundi prochain.
Jean-Paul Guinnard

À Yverdon, la Librairie L’Étage s’est lancée dans une drôle de mission. Depuis plusieurs jours déjà, elle propose à ses clients, et plus largement aux personnes de la région, de lui offrir des livres pour les enfants âgés de 5 à 15 ans. Ces bouquins seront ensuite expédiés à Bouaké, en Côte d’Ivoire, ville qui manque cruellement d’ouvrages jeunesse.

«On ne récupère pas les anciens manuels scolaires, qui ne seraient probablement pas adaptés», précise Céline Besson, qui gère la boutique située à la rue du Lac. «Plus ou moins tous les autres ouvrages, imagés ou non, s’adressant au jeune public sont les bienvenus. Ils peuvent être neufs comme de seconde main, à condition qu’ils soient en bon état.»

La librairie a été mandatée pour cette récolte par le biais d’un contact sur place, qui assurera l’acheminement des livres dès le début du mois d’octobre. «Selon les informations dont on dispose, dans la ville de Bouaké, pour un effectif total de 49'790 élèves, y compris le préscolaire, les 36 écoles ne disposent que de 12'945 ouvrages fortement détériorés, explique la libraire. Soit un ratio de 0,26 livre par élève.»

Dons jusqu'au 30 septembre

Pour l’instant, quelques personnes ont déjà trié leur bibliothèque et amené les imprimés dont elles pouvaient se séparer. Dans le désordre, on retrouve des bandes dessinées de Boule et Bill, de Gaston Lagaffe ou encore de Titeuf. À côté, des volumes de Geronimo Stilton ou encore Les Minijusticiers de Zep et Hélène Bruller sont aussi empilés et prêts à partir.

«Nous acceptons les dons jusqu’au lundi 30 septembre, poursuit Céline Besson. Comme nous ne pouvons récolter qu’un nombre limité d’ouvrages, il vaut mieux nous appeler avant d’amener ses livres.» La librairie pourra ainsi aiguiller les personnes désireuses de participer à l’action.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.