Passer au contenu principal

Le macaron des pendulaires sera un chouïa moins salé qu’annoncé

Après discussion avec les acteurs économiques, la Municipalité d'Yverdon a revu en partie sa politique de stationnement.

Le macaron pour les pendulaires passera de 270 francs à 1080 francs par an.
Le macaron pour les pendulaires passera de 270 francs à 1080 francs par an.
GÉRALD BOSSHARD

La saga des macarons des pendulaires à Yverdon a trouvé son épilogue. Après avoir d’abord annoncé que le précieux sésame bondirait de 270 à 1200 francs par an, la Municipalité avait «décidé de suspendre provisoirement la mise en œuvre de sa politique de stationnement destinée aux pendulaires motorisés». Le temps pour elle de prendre en considération les doléances des acteurs économiques locaux, qui n’avaient pas tardé à manifester leur grogne. Six mois plus tard, c’est chose faite.

Augmentation du prix des macarons pour les pendulaires il y aura, mais celle-ci sera un brin moins salée qu’annoncé dans un premier temps. «La Municipalité a décidé de réduire le prix des autorisations pendulaires à 1080 francs par an au lieu des 1200 francs annoncés l’automne dernier, explique Jean-Daniel Carrard, syndic d’Yverdon. De plus, une adaptation de l’autorisation «à temps partiel» permettra aux usagers travaillant à taux réduit de profiter d’une réduction sur leur autorisation annuelle de stationnement. C’est, d’après nos recherches, une solution unique en Suisse.»

Plus souple

Concrètement, les pendulaires travaillant à temps partiel pourront demander une autorisation spéciale qui donne droit au stationnement dans un parking dédié. Contre 540 francs par an, cette dernière permettra de se parquer 240 demi-journées (7-13 h ou 12-18 h) ou 120 jours par an. Les critères d’octroi ne bougent en revanche pas d’un iota. «Ils doivent encourager, à moyen terme, le report modal des usagers bénéficiant d’une bonne desserte en transports publics et de ceux domiciliés à faible distance de leur lieu de travail, argumente Jean-Daniel Carrard. Il y a des enjeux concernant le climat, l’utilisation des voitures en fait partie. Un équilibre doit être trouvé.»

La Municipalité, en augmentant le prix des macarons des pendulaires, veut donc pousser ses bénéficiaires à se déplacer en transports publics. Pour y parvenir, ne serait-il pas aussi possible de rendre trains et bus plus attractifs, par exemple en baissant leur prix et en augmentant leur cadence? «Nous les développons déjà selon nos besoins et nos capacités, comme avec la nouvelle ligne qui desservira le collège des Rives, assure le syndic d’Yverdon. On voit toutes sortes de solutions dans d’autres villes que nous allons visiter. Cependant, il faut garder à l’esprit que la cité thermale ne compte que 30 000 habitants et que ceux qui s’y rendent depuis les communes avoisinantes n’ont pas toujours la possibilité de faire le trajet en transports publics.»

270 francs pour les locaux

Si les pendulaires devront s’habituer à la nouvelle réglementation – en vigueur dès début août –, le prix des autorisations destinées à ceux ne disposant pas de place de parc privée reste, quant à lui, inchangé. «Il est toujours fixé à 270 francs par an. C’est important de le préciser», insiste Jean-Daniel Carrard.

Cependant, la Municipalité confie avoir constaté que certains usagers contournent le système des zones macarons instauré dans les quartiers ces derniers mois. Notamment aux Rives du Lac, à la plage, sur le parking du Centre sportif des Isles et dans certaines rues du centre. En conséquence, les autorités ont décidé de mettre en place un nouveau régime de stationnement dans tout le centre-ville: dans les rues qui sont encore «zones à disque», il faudra payer pour se garer dès 2020. Dans l’intervalle, une réduction de la durée maximale de stationnement autorisée sera mise en place. «Actuellement, cela ne fonctionne pas comme nous le souhaiterions, regrette Pascal Pittet, chef du Service de la sécurité publique. Certains ne jouent pas le jeu et viennent tourner leur disque.» Par ailleurs, le commandant de Police Nord vaudois assure que les nouveaux prix resteront abordables. «Des tarifs à l’heure, à la journée et à la semaine seront proposés pour permettre d’être le plus souple possible.»

----------

Tarifs www.ylb.ch/stationnement

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.