Le majestueux centre taoïste de Bullet dévoile son écrin spirituel

Balcon du JuraEntre modernité et tradition chinoise, le premier centre taoïste européen vient d’ouvrir ses portes sur le flanc sud du Chasseron.

Les visiteurs peuvent choisir parmi de multiples prestations axées sur la préservation de la santé et de la pratique du taoïsme. Image: JEAN-PAUL GUINNARD

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le docteur yverdonnois Fabrice Jordan et sa petite équipe ont réussi leur pari fou: ouvrir un centre taoïste unique en Suisse, et même en Europe, à Bullet. Le projet, qui était sur la table à dessin depuis plusieurs années déjà, est enfin sorti de terre sur le flanc sud du Chasseron. Quasi terminés, les bâtiments faits essentiellement de bois pour se fondre dans le paysage idyllique accueillent depuis mercredi quiconque caresse le souhait d’une retraite spirituelle. Mais aussi les visiteurs en quête de sens ou les patients, fatigués et usés par leur quotidien, venus chercher un nouveau souffle.

En forme de U, le Centre taoïste intégratif Ming Shan est adossé au massif du Jura, comme le recommandent les préceptes du feng shui. «Il est conçu à l’image d’un empereur assis, décrit le médecin FMH nord-vaudois. Le temple, au milieu, est son cœur et les constructions latérales sont ses bras. Il fait face à la vallée surplombant le lac de Neuchâtel et le Léman, et repose sur son socle, la montagne.»

Sommité mondiale

Jeudi, alors que des ouvriers s’activent toujours pour finir de poser des dalles autour de la cour du complexe de 1800 mètres carrés – sur un terrain de 5000 mètres carrés au total –, une soixantaine de personnes sont déjà dans les murs du centre pour suivre les enseignements de Maître Sun. Ce maître octogénaire taoïste laïque, chamane et guérisseur, est une référence mondiale. Il est venu spécialement de Chine pour l’occasion et affiche une forme déconcertante.

Cliquer sur l'image pour l'agrandir

Comme en témoignent les plaques d’immatriculation des voitures sur le parking adjacent, des curieux sont venus de toute la Suisse. Et aussi de France et de Belgique. «Nous avons une trentaine de lits sur place et tous sont complets, indique Dominique Binder, responsable de la construction. Ils sont répartis dans des chambres et dans un dortoir», poursuit-elle en nous faisant visiter les lieux. «Comme les programmes que nous proposons durent souvent plusieurs jours et que Bullet est relativement isolé, nous nous devions de proposer une telle offre.»

«On veut faire ce qui n’est pas faisable en ville. Les gens viennent ralentir, se calmer, vivre différemment»

Fabrice Jordan, fondateur du Centre taoïste Ming Shan

Cet éloignement, Fabrice Jordan ne le voit pas comme un désavantage. Au contraire. «On veut faire ce qui n’est pas faisable en ville, insiste-t-il. Les gens viennent ici pour ralentir, se calmer et vivre différemment de chez eux. Nous ne sommes pas uniquement un cabinet médical. Ni juste un temple ou un bon restaurant dirigé par la cheffe Judith Baumann. Les différentes parties sont au service du tout.»

Taï-chi et qi gong

En effet, les visiteurs peuvent choisir parmi de multiples prestations, essentiellement axées sur la préservation de la santé et de la pratique du taoïsme: taï-chi, diététique et cuisine chinoise, méditation, herboristerie, calligraphie ou qi gong, une gymnastique douce et lente. Mais ce n’est pas tout. Les chercheurs de l’EPFL + ECAL Lab ont lancé avec le centre de Bullet le Ming Shan Digital Experience. «Trois machines ont été développées, annonce Fabrice Jordan. Des capteurs seront posés sur le patient: ils mesureront le rythme cardiaque, sa variabilité et la respiration.» Ensuite, les données récoltées seront exploitées puis «projetées» à l’intérieur du temple. «Avant de pouvoir en dire plus, le détail doit être publié dans des revues scientifiques spécialisées», coupe le médecin FMH.

En alliant le meilleur de l’innovation et de la tradition, le docteur yverdonnois veut montrer que les lieux sont ouverts à tous. «Il faut vivre avec son temps et casser le côté trop sérieux qu’on peut parfois avoir, résume-t-il. On va aussi beaucoup s’amuser.» D’ailleurs, à l’occasion des journées portes ouvertes du centre les 23 et 24 novembre prochains, une figure de l’humour en Suisse romande sera de la partie. Son nom n’est cependant pas encore dévoilé.

Créé: 25.10.2019, 18h52

Des aides publiques bienvenues

Pour financer son centre taoïste, Fabrice Jordan avait pris son bâton de pèlerin pour lever des fonds en Chine. Malgré ses nombreux voyages, il n’a pas obtenu les investissements financiers qu’il espérait. Qu’à cela ne tienne. Le Canton de Vaud et la Confédération ont pris en charge 40% du financement de la construction, estimée à 5 millions de francs.

«Nos prestations répondent à un réel besoin au sein de la population, et les autorités ont reconnu l’intérêt public du centre», commente le Dr Jordan, qui tient un cabinet à Yverdon.

L’Aide suisse aux montagnards a aussi soutenu le projet pour un montant total de 80'000 francs.

«Douze personnes travaillent dans le complexe de Bullet, reprend Fabrice Jordan. Elles sont toutes rémunérées. Moi, je fais pour l’instant du bénévolat.»

À noter que des prestations du centre sont prises en charge. «Si c’est moi qu’on vient voir pour de l’acuponcture, c’est pris par l’assurance de base, détaille-t-il. Selon les autres thérapeutes, il faut une complémentaire.»

Articles en relation

Les arts taoïstes s’offrent un centre européen à Bullet

Balcon du Jura Financement acquis, le chantier du projet Ming Shan démarrera juste après Pâques. Plus...

Un centre taoïste s’apprête à sortir de terre

Bullet Le chantier débutera cet automne, avec l’accord des autorités. Le lieu sera ouvert à d’autres cultures Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 8

Paru le 26 février 2020
(Image: Bénédicte) Plus...