Un marché nocturne pour animer le centre d'Yverdon

Consommation L'idée lancée par un élu UDC a séduit le Conseil communal. L'exemple d'Yvonand est encourageant.

La possibilité de faire ses courses en début de soirée semble séduire la clientèle.

La possibilité de faire ses courses en début de soirée semble séduire la clientèle. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Un marché nocturne pour animer le centre-ville d’Yverdon. Le postulat de Ruben Ramchurn a fait l’unanimité jeudi soir parmi les conseillers communaux. «Plusieurs marchands m’ont affirmé qu’ils seraient favorables à un tel marché qui pourrait se tenir le jeudi soir, par exemple», a expliqué l’élu UDC.

Après avoir reçu l’assurance qu’il ne s’agissait pas d’une manœuvre pour étendre par la bande les ouvertures nocturnes des magasins, le socialiste Julien Wicki s’est rallié à l’idée, qualifiée «d’excellente» par la plupart des intervenants. Le postulat a été transmis à la Municipalité, qui a la charge d’approfondir la proposition, notamment en interrogeant l’association des commerçants du marché d’Yverdon.

Ruben Ramchurn n’a pas caché qu’il s’inspirait de manifestations similaires organisées à Yvonand et à Genève, notamment. Dans la commune tapa-sabllia, le marché «vespéral» – puisqu’il se déroule entre 16h et 20h – a démarré ce printemps. «Il s’agit de s’adapter aux habitudes des gens qui ont plus de temps en soirée pour leurs courses, explique Suzanne Remache, coordinatrice de l’Agenda 21 à Yvonand. Et aussi de resserrer les liens entre les habitants dans une commune en pleine croissance démographique.»

Outre les commerçants traditionnels – maraîcher, boulangers, boucher, poissonnier, marchand de produits italiens, vêtements, etc. – le marché d’Yvonand accueille donc aussi des échoppes servant des repas à consommer sur place. Parce que «le vin délie les langues», selon Suzanne Remache, une vingtaine de vignerons participent aussi à tour de rôle au marché.

Après quelques mois, le bilan est suffisamment positif pour que l’expérience soit poursuivie au-delà du terme prévu initialement, soit à fin octobre. «Les commerçants ont souhaité continuer durant la mauvaise saison car l’horaire leur permet de réaliser un bon chiffre d’affaires», explique la coordinatrice. (24 heures)

Créé: 10.09.2017, 17h10

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

Soumise au vote populaire le 4 mars prochain, l'initiative «No Billag» vise à supprimer la redevance radio et télévision. Si tel devait être le cas, la RTS fermerait boutique, selon son directeur, publié le 22 novembre 2017
Plus...