Passer au contenu principal

Ils mettent du cœur à faire vivre leur région broyarde

Présente au comptoir, l’association «Un cœur pour ma région» veut soutenir le milieu associatif.

Marc Sommer, Fabrice Rapin, Morgane et Sébastien Tappy s’engagent pour «Un cœur pour ma région».
Marc Sommer, Fabrice Rapin, Morgane et Sébastien Tappy s’engagent pour «Un cœur pour ma région».
JEAN-PAUL GUINNARD

Au milieu du parcours du 61e Comptoir de Payerne, qui se tient jusqu’à dimanche à la halle des fêtes, un nouvel exposant représente une pause bienvenue pour les visiteurs. En face de l’habituel stand québécois connu pour ses bières ou ses produits au sirop d’érable, l’Association Un Cœur pour ma Région propose de s’arrêter pour déguster divers vins régionaux ou des planchettes de viande froide. De quoi créer une petite zone festive à mi-chemin d’un circuit réunissant une centaine de commerçants.

Un cœur pour ma région? «Nous sommes une nouvelle association fondée en début d’année par une bande d’amis suite à un double concours de circonstances», explique Marc Sommer, son président. Depuis des années, l’équipe soutenait financièrement un motard broyard. Mais alors que le sportif a mis la compétition et l’organisation d’une soirée de soutien caritative entre parenthèses, l’opportunité d’occuper cet espace à la foire s’est dessinée.

En faveur d’autrui

Souhaitant poursuivre son investissement en faveur d’autrui, la clique s’est donc dotée de statuts et se retrousse les manches depuis vendredi dernier au service. À terme, la société fondée par 17 membres souhaite reverser le bénéfice de ses actions aux associations caritatives régionales, aux sociétés sportives ou culturelles, ainsi qu’aux projets d’utilité publique. «On peut aussi imaginer un soutien à une famille sinistrée, les seuls secteurs que nous ayons interdits par nos statuts sont la politique et la religion», précise Sébastien Tappy, vice-président.

De manière démocratique, les membres (ndlr: ils sont désormais 40 actifs à payer une cotisation annuelle de 30 francs, tandis que le statut de bienfaiteur s’obtient dès 50 francs) choisiront chaque fin d’année à qui ils souhaitent voir redistribué le résultat financier des actions entreprises. L’argent sera ainsi réparti en fonction des suffrages obtenus par chaque association. «Notre but est aussi de donner une visibilité à ceux qui s’investissent bénévolement en faveur de la communauté», concluent les fondateurs en dégustant une planchette.

www.uncoeurpourmaregion.ch

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.