La mouette rieuse chassée de son lac par le goéland

Grande CariçaieAbondante jusqu’à il y a peu, l’espèce inquiète les ornithologues. En 2018, aucune nidification n’a été enregistrée sur la rive sud.

Aucun couple de mouette rieuse n'a niché sur la rive sud du lac de Neuchâtel en 2018.

Aucun couple de mouette rieuse n'a niché sur la rive sud du lac de Neuchâtel en 2018. Image: CHRIS BLASER

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Elle ne rigole plus tellement, la mouette rieuse. Cet oiseau emblématique de nos lacs traverse une sale période. Les chiffres publiés par l’Association de la Grande Cariçaie (AGC) sont alarmants: en 2017, quarante-quatre couples ont niché à Vaumarcus (NE), un au Fanel (BE) et aucun dans la Grande Cariçaie. La statistique 2018 n’est guère plus réjouissante. Leur nombre a doublé sur la rive nord, mais il n’y a eu aucune nidification sur la rive sud. Or dans les années 1980, le lac de Neuchâtel attirait près de 1500 des 3800 couples du pays.

Concurrence enragée

L’espèce est donc en chute libre, au point que, dans le nouvel «Atlas des oiseaux nicheurs de Suisse» (à paraître le 17 novembre), la mouette rieuse figure dans la catégorie «en danger». Les causes en sont toutefois connues. Et elles portent aussi des plumes blanches et grises, celles du goéland leucophée et ses 955 couples recensés en 2017 autour du lac de Neuchâtel.

Cette espèce méditerranéenne lui livre une concurrence enragée. Et à plus d’un titre. Au niveau territorial d’abord: «Ils visent les mêmes sites de nidification, mais le goéland s’installe plus tôt dans la saison», constate Christophe Sahli, collaborateur scientifique à l’AGC. «Et puis, les goélands adultes n’hésitent pas à prélever de jeunes mouettes pour nourrir leurs petits», poursuit Michel Antoniazza, ancien responsable de leur suivi à l’AGC. À cela s’ajoute l’agressivité des goélands, qui tuent parfois à coups de bec des mouettes en train de couver. Enfin, les goélands les concurrencent au niveau des ressources alimentaires.

Différentes mesures

Souvent, les difficultés d’une espèce sur un territoire donné sont compensées par l’arrivée de congénères venus d’ailleurs. «Mais la dynamique négative que connaît la mouette se généralise dans toute l’Europe centrale», reprend Michel Antoniazza. Que faire dès lors? Dans le bassin des Trois-Lacs, qui a toujours été considéré comme important à l’échelle suisse pour la mouette, des mesures sont prises pour voler à son secours. La mouette semble ainsi se plaire dans les structures créées pour elle. C’est le cas au lac de Morat: à l’embouchure de la Broye, 131 couples se sont établis en 2017. «Nous avons un projet de remaniement des îles du Fanel. Et l’installation de plateformes est en réflexion, notamment du côté de Gletterens», relève Christophe Sahli. Différentes actions sont aussi entreprises au niveau suisse pour cette espèce prioritaire à l’échelle du pays.

Certes, mais comment éviter que les sites ainsi créés ne soient déjà squattés par les goélands quand l’heure de nicher sera venue pour les mouettes? «En réalisant des structures suffisamment petites pour qu’on puisse les bâcher au moment où les goélands voudront s’y installer», répond Michel Antoniazza.

Créé: 10.11.2018, 13h58

Articles en relation

Une armée de papillons ravage les mythiques Buis de Ferreyres

Nature Alors que le village pensait avoir trouvé la parade aux attaques de la pyrale, la chaleur de l’été a décuplé ses efforts dans la forêt. Plus...

Les oiseaux ont tous leur comportement propre

Nature Une bible recense 427 espèces européennes à travers leur mode de vie, leurs parades amoureuses ou leur vol. Dix ans de travail passionnant. Plus...

Trois oursons parmi les nouveaux pensionnaires du zoo de Servion

Animaux Trois oursons bruns de Syrie sont nés au moins de janvier au zoo de Servion. Leurs premières sorties sont timides mais ils semblent être en pleine forme. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.