Un mouvement populaire pour sauver le Bazar

Yverdon-les-BainsCe bâtiment à vocation commerciale peut-il être transformé en bureaux? «Exclu», dit un groupe d’Yverdonnois.

Isabelle Renaut (à g.) et Aurelie Massin Kercan de l’association qui s’est constituée pour «sauvegarder» l’ancien Bazar d’Yverdon. Image: CHRISTIAN BRUN

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Bâtiment symbolique de l’emblématique place Pestalozzi, le Bazar, à Yverdon – Bazar Pillevuit pour beaucoup, du nom de son fondateur –, peut-il disparaître? Ou même perdre son historique vocation commerciale et rassembleuse? Un groupe d’Yverdonnois, inquiets du sort qui attend cette bâtisse classée du début du XVIIe siècle, ne veut pas en entendre parler. À leurs yeux, c’est même exclu qu’il soit transformé et qu’il accueille des bureaux. Ces volontaires bénévoles viennent de se constituer en association. Ils lancent une pétition ce samedi matin à l’heure du marché sur… la place Pestalozzi.

C’est l’annonce, à la fin de l’hiver, de la fermeture définitive de la papeterie Schaer qui y est installée depuis 2005, puis l’apparition d’un panneau «À vendre» sur une de ses vitrines, qui a alerté les fondateurs de Sacré Bazar! Le but premier de leur entité? Laisser le bazar accessible aux habitants et en faire un lieu de vie et de rencontre en plein centre d’Yverdon, une ville dont les échoppes ont depuis quelques années plus tendance à fermer qu’à ouvrir.

L’idée de se mobiliser pour agir a germé ce printemps lors d’un état des lieux de la politique culturelle lancé par le service communal concerné. «Après la séance, nous avons poursuivi la discussion et décidé de lancer un appel à la population à propos de l’avenir du bazar. Une septantaine de personnes se sont dites intéressées par notre invitation à une séance de travail et une cinquantaine sont venues», se réjouit la coprésidente, Isabelle Renaut. «Cet engouement montre d’autant plus l’attachement à ce lieu, car nous n’avions même pas encore dessiné les contours du projet que nous pourrions y installer», reprend Jean-Marc Sandoz, également instigateur de ce qui s’apparente à un projet citoyen.

La récolte de signatures qui débute ce samedi doit non seulement permettre à l’association de sensibiliser la population, mais aussi mettre un petit coup de pression sur les autorités au moment où les propriétaires sont fermement décidés à vendre cet immeuble. «Nous aimerions que la Municipalité entre en négociation avec eux», ne cache du reste pas Jean-Marc Sandoz. Parallèlement, les membres de Sacré Bazar! se lancent dans la difficile recherche de financement et de partenaires.

«Pour l’heure, notre projet n’est pas suffisamment clair, raison pour laquelle nos groupes de travail vont plancher cet été sur la question», reprend Jean-Marc Sandoz. Il s’agira notamment d’aller voir des institutions et d’autres associations qui pourraient vouloir intégrer ce projet. Car ce qui est acquis, c’est que le futur bazar tel que l’association l’imagine se doit d’être pluridisciplinaire et rassembleur.

«Un souk, un lieu vivant»

«Un bazar, c’est un souk, un lieu vivant où l’on trouve des biens, des services, où l’on parle, on troque. Pour nous, son seul nom est une véritable source d’inspiration», témoigne Aurélie Massin-Kerkan, l’autre coprésidente de l’association.

La réflexion va bon train pour trouver un projet qui se démarque, où l’autoresponsabilité résonne comme une piste à suivre très sérieuse. «On ne voudrait pas que ce ne soit qu’un café, une brasserie ou un bar. On pourrait imaginer que la bière que l’on y sert serait produite à l’arrière, ou que le café soit torréfié sur place», cite cette dernière en exemple. Et puis l’ensemble devrait pouvoir accueillir des ateliers, des projets participatifs. Soit un pôle culturel au sens large. Ce qui redonnerait à cette bâtisse un peu de sa destination première, puisque à la fin du XVIIIe siècle on y trouvait un cabinet de curiosités. (24 heures)

Créé: 16.06.2018, 11h12

Paid Post

Le casual dating est-il fait pour vous?
L’idée d’une rencontre purement sexuelle sans aucun engagement peut paraître séduisante, mais une petite mise au point s’impose.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.