Une nécropole de nouveau-nés a été découverte sur le site d’Aventicum

ArchéologieLes sondages menés sous un futur écoquartier sont tombés sur un cimetière rassemblant plus d’une dizaine de nouveau-nés. Cette découverte est importante.

Seulement explorée en partie, cette nouvelle nécropole devrait permettre de mieux comprendre les rituels funéraires de nos ancêtres avec leurs plus jeunes défunts.

Seulement explorée en partie, cette nouvelle nécropole devrait permettre de mieux comprendre les rituels funéraires de nos ancêtres avec leurs plus jeunes défunts. Image: Site et musée romains d'Avenches

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Plus de trente adultes, enfants et nouveau-nés reposaient depuis dix-huit siècles à deux pas de la gare d’Avenches. Incinérés, enterrés dans des cercueils de bois encore conservés, voire tendrement laissés aux dieux dans des morceaux d’amphores, ces antiques habitants de l’ancienne capitale helvète ont été patiemment dégagés par les archéologues ce printemps, en bordure d’une route et des murailles romaines. Les spécialistes n’ont toutefois fouillé qu’une partie de cette nécropole, ont indiqué mercredi les responsables des Site et Musée romains d’Avenches.

«C’est une jolie découverte, se réjouit la directrice du site, Marie-France Meylan Krause. On se doutait bien qu’il devait y avoir quelque chose dans cette partie du site qui était peu explorée. Mais ce qui est très intéressant, c’est cette concentration de nouveau-nés. C’est une première à Avenches.» Cette découverte permet d’éclairer la façon dont nos ancêtres réagissaient face à la mort de leurs enfants et plus jeunes bambins. Un domaine de la recherche archéologique encore peu connu.

De nombreuses questions

Jusqu’à récemment, il était considéré que ces jeunes défunts étaient plutôt relégués aux marges des cimetières antiques, ou au sous-sol des maisons. Une façon, en quelque sorte, de laisser les nourrissons près de leurs parents. Les fouilles de ces dernières années montrent toutefois de plus en plus d’exemples de «quartiers» ou de zones réservées aux enfants n’ayant pas eu le temps de voir leurs premières dents. Mais il reste fort à faire. «On aimerait lancer une étude anthropologique, poursuit l’archéologue. De quoi sont-ils morts, quel était leur âge, où reposent leurs parents? Finalement, c’est en étudiant les morts qu’on comprend les vivants.»

Et à ce titre, Avenches peut désormais se targuer d’avoir le corpus le plus complet de Suisse. L’ancienne capitale a livré à ce jour pas moins de cinq nécropoles, situées au sein de ses murs ou aux abords de la ville, et utilisées durant de larges périodes. Cette dernière nécropole semble pour l’heure avoir été utilisée en tout cas durant le deuxième siècle de notre ère. Avenches comptait alors 20 000 habitants.

Un nouvel écoquartier

Les derniers d’entre eux peuvent s’attendre à reposer en paix encore quelques années. Le futur écoquartier qui a poussé les archéologues à mener ces investigations préliminaires ne doit pas voir le jour avant «au moins cinq ans», d’après la Commune. Prévu sur une surface de sept hectares et accueillant 1000 à 1500 habitants entre la gare et la zone industrielle d’Avenches, ce projet immobilier a été mis en stand-by par la LAT. «On attend le nouveau plan directeur de la commune pour voir quel développement peut avoir Avenches», explique le municipal de l’Urbanisme, Yves Nicolier.

A noter que les Site et Musée romains d’Avenches annoncent également avoir mis au jour des vestiges remontant à l’âge du fer près du collège de Sous-Ville et des indices prometteurs du mésolithique et du néolithique au lieu dit Sur Fourches sur des parcelles à bâtir. Un programme de médiation culturelle étoffé est en outre lancé pour mettre en avant le patrimoine immatériel du site.

Plus d’infos sur www.aventicum.org. (24 heures)

Créé: 13.10.2016, 07h03

Forum étudié au radar

Peu connu, vierge de toute campagne de fouille, le forum d’Aventicum vient de livrer un plan presque parfait de ses anciens édifices. Ce qui constituait rien moins que le centre politique et administratif officiel de la capitale des Helvètes a été passé récemment au peigne fin par une série de prospections géophysiques. Cette technique utilisant la résistance électromagnétique du sous-sol a ainsi permis de détailler un plan inédit de l’épicentre de la ville antique sur près de 5 hectares, sans y planter la moindre truelle. «Les résultats sont fabuleux, s’enthousiasme la directrice du Site, Marie-France Meylan Krause. Avec les photographies aériennes réalisées cette année, nos connaissances se sont vraiment améliorées.» Ces recherches ciblées ont fait apparaître les restes d’un temple (dont les derniers vestiges ont été exploités à coups de poudre en 1899), d’une basilique, de portiques, de niches, d’édifices annexes… L’étude programmée du site ne fait que débuter.

Jeunes défunts

Des rituels précis étaient réservés aux enfants à l'époque romaine

Plusieurs nouveaux-nés ou jeunes enfants reposaient près des murs de l'ancienne capitale helvète. L'un d'eux a été déposé dans une amphore transformée en dernier couffin. La façon dont nos ancêtres réagissaient à la mort de leurs enfants est de mieux en mieux connue. (Image: Site et musée romains d'Avenches)

Articles en relation

Avenches révèle les vestiges des plus vieux parcs vaudois

Patrimoine A Avenches, les archéologues exposent les vestiges des plus anciens jardins du canton pendant des Journées du patrimoine. Plus...

Avenches lance un nouveau festival pour faire revivre son histoire

Patrimoine Un nouveau festival va voir le jour cet été sur le site de l'antique Aventicum. Bisannuel, devisé à un million de francs, il veut immerger le spectateur à gros renforts de technologie et de péplums. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.