Passer au contenu principal

Le passé du Nord vaudois ne manque pas de sel

Le projet franco-suisse Terra Salina a été lancé jeudi à Yverdon, ville qui a toujours eu un grand rôle commercial.

Les chars, chargés de marchandises, empruntaient une voie à ornières entre Vuitebœuf et Sainte-Croix, permettant de les guider. Les sillons creusés à cet effet sont encore bien visibles aujourd’hui et ont été remis en valeur.
Les chars, chargés de marchandises, empruntaient une voie à ornières entre Vuitebœuf et Sainte-Croix, permettant de les guider. Les sillons creusés à cet effet sont encore bien visibles aujourd’hui et ont été remis en valeur.
CHRISTIAN BRUN - ARCHIVE

C’est l’ingrédient qui peut changer un plat, conserver des aliments, faire disparaître le verglas ou mettre en valeur toute une région, d’Arc-et-Senans (Doubs) à Yverdon. Le sel, denrée essentielle du quotidien, est au centre d’un vaste projet touristique enjambant la frontière de part et autre du Jura, Terra Salina. Jeudi, cette collaboration franco-suisse pour découvrir les voies historiques du sel, à pied ou à vélo, initiée entre autres par Yverdon Tourisme et les Mines de Bex, a été officiellement lancée au Grand Hôtel des Bains (lire ci-contre).

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.