Une nouvelle directrice pour Y-Parc

EconomieJuliana Pantet a fait l'unanimité. Cette Yverdonnoise a œuvré dans la promotion économique aux Etats-Unis et au Canada.

Juliana Pantet dirigera Y-Parc dès le 1er septembre.

Juliana Pantet dirigera Y-Parc dès le 1er septembre. Image: Dominique Favre

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

«Prendre la direction d’Y-Parc, avec ses quelque 150 entreprises et 30 start-up est une opportunité très intéressante», indique Juliana Pantet. Dès le 1er septembre, cette Yverdonnoise succédera à Sandy Wetzel qui a quitté ses fonctions en mai dernier.

Docteure en droit, puis déléguée commerciale au Consulat général du Canada à San Francisco, et enfin manager auprès d’un fonds d’investissement à San Francisco et Vancouver, Juliana Pantet a su faire la différence auprès de la délégation d’audition du conseil d’administration d’Y-Parc SA. «Nous avons été séduits par son parcours, parce qu’elle peut apporter au parc scientifique et technologique et par sa motivation», a expliqué lundi Jean-Daniel Carrard, président du conseil et syndic d’Yverdon.

Quelque quatre-vingts personnes ont déposé leur candidature. «Juliana Pantet a fait l’unanimité au sein du conseil», comme l’a souligné son vice-président Pierre-Luc Maillefer. Par son parcours, les responsabilités qu’elle a assumées outre-Atlantique mais aussi par sa connaissance de la région.

En sa qualité de déléguée commerciale, Juliana Pantet a accompagné des entreprises canadiennes qui souhaitaient s’implanter aux Etats-Unis et, à l’inverse, des entreprises américaines intéressées par le Canada. «Il s’agissait de les conseiller, de les aider lors de levées de fonds ou pour établir des partenariats. Ce aussi bien pour des start-up que pour des multinationales.»

Y-Parc, un joyau rare

Selon la nouvelle directrice, Y-Parc est un joyau rare, avec son mix d’entreprises productives et innovantes. «J’ai constaté auprès de partenaires de la Silicon Valley et de la côte est qu’ils étaient très intéressés à investir en Suisse, indique Juliana Pantet. Mais pour concrétiser de telles implantations, il faut pouvoir leur présenter des opportunités. C’est là toute l’importance d’un réseau mais aussi d’échanges entre les entreprises, les parcs et les hautes écoles afin d’identifier les potentiels.»

Pour le conseil d’administration, la nomination d’une nouvelle directrice est l’occasion de donner un nouvel élan au parc. «Nous avons l’ambition de repositionner Y-Parc qui, s’il représentait quelque chose de nouveau à sa création, s’est retrouvé décroché à un certain moment», reconnaît Jean-Daniel Carrard. Avec 25 hectares disponibles, il dispose encore d’un potentiel d’expansion important. «L’Y- Parc doit être un élément incontournable dans le développement économique du pays. Pour cela nous comptons aussi sur les talents de vendeur de notre nouvelle directrice», ajoute le syndic de la cité thermale.

«La direction doit viser une occupation judicieuse, précise Pierre-Luc Maillefer, afin d’exploiter les synergies entre les entreprises locataires.» (24 heures)

Créé: 24.07.2017, 20h10

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

«Christian Constantin dérape une fois de trop», paru le 23 septembre 2017.
(Image: Valott) Plus...