Passer au contenu principal

Nova Jazz doit improviser pour raviver la flamme

L’association, qui organise des concerts et un festival, est en mauvaise posture. Elle cherche à lever des fonds.

Les organisateurs ont lancé un financement participatif pour réunir 15'000 francs.
Les organisateurs ont lancé un financement participatif pour réunir 15'000 francs.
DOUGLAS PARSONS

L’association yverdonnoise Nova Jazz est tombée sur un os. Après avoir organisé avec succès et talent 93 concerts depuis sa création en 2014, et un festival qui a soufflé sa troisième bougie en début d’année, l’organisation bénévole a le blues: elle a mal à sa trésorerie et se trouve contrainte d’appeler son public à l’aide.

Jusqu’ici, l’association, qui fait battre le cœur de la vie culturelle de la cité thermale au rythme puissant de sa programmation, suivait pourtant sa route avec bonheur. Après avoir consacré la première édition de son festival au jazz nordique, puis la deuxième à la scène musicale israélienne, la manifestation s’était tournée en janvier vers l’un des berceaux de la musique improvisée, New York. S’offrant même le luxe de passer de trois à quatre jours de concerts. Une succession malheureuse d’événements a toutefois fait redescendre l’équipe de son gratte-ciel.

«Une collaboratrice nous a quittés pour se consacrer à d’autres projets, explique Clément Strahm, responsable technique et l’un des programmateurs de l’association. Bénévole – tout comme nous –, elle faisait environ un 20%. Il était très difficile de trouver quelqu’un pour reprendre ses fonctions sans mettre la main au porte-monnaie.»

Après un appel d’offres, Nova Jazz a dû se débrouiller avec les moyens du bord. «À la louche, cette année en autogestion va tout de même nous coûter entre 10'000 et 12'000 francs», estime Clément Strahm. Il faut encore ajouter à cette somme le manque à gagner causé par une soirée de la dernière édition du festival qui n’a pas réuni autant de monde qu’espéré. Sans oublier les fondations sur lesquelles l’organisation comptait et qui ont finalement fait faux bond. Le tout pour un total de «plusieurs dizaines de milliers de francs».

Bien que préoccupante, la santé financière de l’association n’est pas catastrophique, rassure en substance son responsable technique. «Nous n’allons pas cesser nos activités, assure Clément Strahm. Par contre, si nous ne trouvons pas des fonds, notre future saison va en pâtir. Nous serons obligés de limiter notre offre.»

Repas et concert de soutien

Afin que le jazz continue de faire vibrer le Nord vaudois, Nova Jazz organise un repas de soutien le 2 novembre. Il sera suivi d’un concert de Tribute to E.S.T. (A. Hahne, basse; C. Grin, batterie; N. Masson, saxophone; M. Méan, piano).

«Nous avons aussi lancé un financement participatif sur wemakeit pour essayer de réunir 15'000 francs, précise encore Clément Strahm. Cependant, le tiers du temps imparti est déjà écoulé et les dons arrivent lentement. Pour l’instant, rien n’est encore acquis.» Les internautes ont encore seize jours pour faire un geste et inverser la tendance.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.