Orbe accepte timidement sa destinée urbaine

RéférendumA 57 voix près, Orbe valide le quartier de Gruvatiez, plan de 500 logements qui ouvre le bourg au statut de ville.

Une fois les résultats connus, le soulagement des municipaux. De g. à dr.: Pierre Mercier, Claude Recordon, syndic, Jacques-André Mayor, Guido Roelfstra et Henri Germond.

Une fois les résultats connus, le soulagement des municipaux. De g. à dr.: Pierre Mercier, Claude Recordon, syndic, Jacques-André Mayor, Guido Roelfstra et Henri Germond. Image: Chantal Dervey

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

C’est un oui qui peut se traduire, en vaudois, de «bien crouille». Orbe a accepté dimanche le plan de quartier Gruvatiez-En Lavegny. Le projet de ce début de siècle pour la cité nord-vaudoise, dont le visage en sortira radicalement transformé. Au terme d’une campagne d’une intensité jusqu’ici inégalée dans le bourg, le corps électoral convoqué à un référendum populaire a donc validé dimanche cet ensemble résidentiel et commercial de 1200 habitants et 500 emplois. Et ce, par 1192 oui contre 1135 non, soit 57 voix d’écart.

Si le résultat est loin de faire office de plébiscite pour ce dossier porté par la Ville et violemment remis en cause par un comité référendaire, le taux de participation témoigne de l’importance de l’enjeu pour les Urbigènes, dont 50,14% du corps électoral s’est prononcé. C’est 20% de plus qu’aux dernières élections communales (2011). Il faut dire que le référendum s’est transformé en véritable verdict pour le développement d’Orbe. Car, derrière le plan de quartier, c’est tout le schéma directeur Pôle Sud qui est concerné, lequel prévoit de densifier plusieurs secteurs du bourg – dont Gruvatiez – pour atteindre les 10 000 habitants à l’horizon 2030-2035.

Forte mobilisation

«La forte participation est notre première source de satisfaction», réagit le syndic Claude Recordon (PLR), tandis que partisans et opposants débouchent ou rangent le champagne devant l’Hôtel de Ville. «On s’attendait à un résultat serré, poursuit-il. C’est la preuve que la démocratie directe a fonctionné, et que la population est majoritairement en phase avec ce projet déjà validé par le Conseil communal.» Pour lui, le quartier sort renforcé du vote. Le municipal Pierre Mercier (Union Libre) abonde. «On a dû aller convaincre les gens, derrière les opposants. On ne fait pas dans le triomphalisme, mais c’est la preuve qu’il y a un avenir à Orbe.»

Reste que la Ville n’attend pas ses nouveaux habitants à Gruvatiez avant 2020. Notamment à cause de deux recours encore pendants au Tribunal cantonal, dont celui de la Commune de Chavornay. Son opposition avait été levée par le Conseil d’Orbe. Le bourg situé de l’autre côté de la plaine craint une hausse du trafic routier à travers sa localité, située sur l’itinéraire d’un accès à l’A1.

«La forte participation est notre première source de satisfaction»

Reste aussi une opposition politique, avec laquelle les autorités devront composer. «On peut parler de déception, mais le résultat prouve la pertinence du référendum», lâche l’opposant Luiz de Souza (Verts), sous le coup de l’émotion. Ce candidat à l’Exécutif assure ne pas lâcher l’affaire. «Orbe méritait mieux. Maintenant, il va falloir que la Municipalité tienne ses promesses prises durant la campagne, comme celui d’un quartier répondant aux normes WWF. Près de 50% des votants ont dit non à cet objet. Le débat pourrait revenir à un moment ou un autre.»

Une opposition qui a souvent pris la forme du doute. «On ne savait pas à combien et pour qui seraient vendus ces appartements, ni comment trouver des places de parc au centre…», s’interroge encore le kiosquier René Lobsiger.

«Un des enseignements à tirer, c’est que le besoin de communication est toujours plus grand pour ce genre de projet», analyse Claude Recordon. La Ville dit avoir déboursé entre 12 000 et 15 000 francs pour la campagne. «Mais il est difficile de communiquer dans les phases de planification, ajoute le syndic. Nous sommes confrontés à des dossiers extrêmement techniques. On ne se décourage pas et on va continuer.» Il pense notamment au réaménagement de la vieille place du Marché, dossier qui promet d’être sensible. Peut-être aussi aux prochaines densifications du bourg, que la loi sur l’aménagement du territoire (LAT) rend désormais inévitables.

Créé: 13.12.2015, 19h59

Commentaire

Un choix difficile qui sonne le glas des projets à l’ancienne

Les Urbigènes ont tranché à l’issue d’une campagne longue et tendue. Les votants ont dû faire leur choix entre deux camps qui s’affrontaient sur des analyses budgétaires ou des détails de procédures, dans un contexte de clivages politiques. D’un côté il y avait l’idée de dynamiser la cité sans bétonner la campagne, Gruvatiez mettant à profit un no man’s land entre la vieille ville et la zone industrielle tout en utilisant une parcelle idéalement reliée au futur RER. De l’autre côté se sont accumulés les doutes que génèrent inévitablement les grandes réalisations urbaines. Les référendaires ont cité les spectres d’une explosion du trafic, de la mort du centre-ville ou d’une hausse d’impôts.

Plus qu’un simple vote, c’est un pari sur l’avenir auquel les Urbigènes étaient confrontés. Le résultat serré du scrutin
en révèle toute la complexité.

Si courte soit-elle, la victoire de la Ville a été acquise de haute lutte, à grand renfort de dépliants, de séances d’informations et de présence sur les réseaux sociaux. Une communication professionnelle activée bien tardivement, alors que le projet a été lancé il y huit ans. Sous cet angle, Gruvatiez doit être un exemple pour les communes vouées à se développer. Ces projets mastodontes ne peuvent plus passer la rampe sans une large consultation préalable. L’avenir du territoire est devenu l’affaire de tous.

Articles en relation

Pourquoi un non au projet Gruvatiez inquiète Orbe

Urbanisme Le sort du futur quartier résidentiel et commercial sera tranché par un référendum dimanche à Orbe. Plus...

«Gruvatiez» divise Orbe à neuf jours du vote

Orbe L’avenir du projet de quartier résidentiel prévu à Orbe reste incertain, à la veille du référendum prévu le 13 décembre. Plus...

Orbe se déchire avant un vote crucial qui pourrait changer le visage de la cité

Référendum Le projet résidentiel et commercial Gruvatiez-En Lavegny agite les esprits. A quelques jours du vote populaire, le point sur les enjeux. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.