Le parc aux biches de Moudon est en sursis

DilemmeLa structure doit être rénovée. La question divise la sphère politique entre tradition et condition animale.

Le projet prévoit que sept animaux au maximum soient détenus

Le projet prévoit que sept animaux au maximum soient détenus Image: JEAN-PAUL GUINNARD - A

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Peut-on encore, en 2017, confiner des animaux a priori sauvages dans un espace clos en milieu urbain? C’est en quelque sorte la question «philosophique» qui se pose aux autorités moudonnoises. Et là où le Conseil communal a hésité il y a dix jours, la Municipalité a, elle, réaffirmé sa position lors de sa séance hebdomadaire tenue lundi soir. En clair: elle confirme sa volonté de conserver son parc aux biches historique.

Un espace qu’elle entend rénover pour 315'000 francs en même temps que le chemin piétonnier qui y conduit, le système d’éclairage et la place de jeux qui le jouxte. «Notre position est claire. Nous la soutenons avec conviction. Ce sera à nouveau au Conseil de décider ce qu’il veut en faire», annonce la syndique, Carole Pico.

Débat émotionnel
La question divise bien au-delà des idéaux politiques. Et ce n’est pas l’édile PLR qui dira le contraire. «Quand j’étais municipale en charge de ce dossier en 2015, nous avons finalement renoncé à le porter devant le Conseil communal, tant la commission posait de questions restées sans réponse. Les représentants de la gauche voulaient notamment savoir si le terrain sur lequel se trouve ce parc avait été affecté dans ce but…»

Mardi dernier, c’est la droite qui a critiqué le projet redimensionné présenté au Conseil. L’entrée à la place de jeux, par ailleurs additionnée d’un jet d’eau, a été modifiée. Quant à l’espace dévolu aux animaux, il a été diminué de 100 m2, sa capacité d’accueil étant réduite en conséquence. La demande de non entrée en matière n’ayant pas abouti, le débat a eu lieu. Devant le flou général et le côté émotionnel de la question, le président du Conseil a préféré jouer la montre et renvoyer le dossier à la prochaine séance.

De douze à sept bêtes
«Si nous avons présenté ce projet, c’est que nous savons que les Moudonnois tiennent à leur parc aux biches», affirme Carole Pico. Pour la syndique, cet espace vert est une institution locale que l’enfant de Moudon qu’elle est a toujours connu. «Il est en mains communales depuis 1969, mais il existait déjà depuis longtemps. Il avait été créé par la famille Beutler, en hommage à son fils décédé.»

Le parc aux biches pouvait encore accueillir il n’y a pas si longtemps une douzaine de bêtes. Nouvelles normes vétérinaires sur la détention d’animaux en cause, il ne peut plus en héberger que dix au maximum. Les transformations prévues vont ramener ce nombre à sept adultes. A Moudon, la harde comprend un mâle, ce qui implique des mises bas. «Notre parc fait partie d’un groupe de 28 structures similaires, réparties dans toute la Suisse romande. Les animaux peuvent ainsi être transférés de l’un à l’autre», explique son responsable, Gaston Vial.

Un collaborateur dévoué qui prend grand soin de ses pensionnaires, selon la syndique. «Je peux vous assurer que les biches disposent d’agréables conditions, même s’il est clair que cela reste de la détention», reprend Carole Pico. Le Conseil décidera le 5 décembre s’il perpétue cette tradition en tout cas quinquagénaire. (24 heures)

Créé: 14.11.2017, 22h02

Articles en relation

Des imbéciles noient deux lapins à Payerne

Fait divers Les petits animaux ont été balancés dans un abreuvoir du parc aux biches dans la nuit de samedi à dimanche. Les autorités pourraient déposer une plainte. Plus...

Une otarie emménage dans le parc aux biches de Payerne

Broye A quelques jours des Brandons, le Comité des Masques a créé la surprise en installant une otarie dans la ville. Plus...

La ferme aux biches est sauvée

Yvonand Les opposants au projet immobilier qui prévoyait de raser l'icône du village ont eu gain de cause. Les promoteurs ont réduit leur construction et la ferme aux biches est épargnée. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

Trois femmes avaient déjà mis en cause Donald Trump durant la campagne présidentielle. Elles se sont retrouvées sur un plateau de télévision pour réitérer leurs accusations. La Maison-Blanche a dénoncé des «histoires inventées»
(Image: Bénédicte) Plus...